Le groupe Doux demande un prolongement de sa période de redressement judiciaire

[ACTUALISE] Le tribunal de commerce de Quimper doit se prononcer mardi 19 février sur cette demande et sur le projet de cession de l’abattoir de dindes de Pleucadeuc (Morbihan).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le groupe Doux demande un prolongement de sa période de redressement judiciaire

La direction du groupe Doux avait rendez-vous mardi 19 février après-midi au tribunal de commerce de Quimper (Finistère). Les juges consulaires souhaitaient faire un point d'étape sur son redressement judiciaire. L'objectif de la direction générale du groupe et des administrateurs judiciaires est d'obtenir un nouveau délai de quatre à six mois de la période de redressement afin de finaliser le plan de continuation de l'entreprise actuellement à l'étude.

Théoriquement, la période de redressement judiciaire s'achève le 28 février. Selon toute vraisemblance, les juges consulaires devraient accepter tout ou partie de la demande de Doux, le jugement est mis en délibéré et sera rendu le 22 février à 15 heures. Les délégués du personnel ont voté en faveur de cette prolongation mais émettent des réserves. Ils souhaitent obtenir des garanties concernant l'avenir de Doux et le respect de ses engagements concernant le maintien de l'emploi.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A l'occasion de ce rendez-vous, les juges consulaires vont également devoir se prononcer sur la demande de cession de l'abattoir de dindes situé à Pleucadeuc dans le Morbihan. Il emploie à ce jour 147 salariés, la direction et les administrateurs expliquent que cette usine est déficitaire, ils souhaitent la vendre. Les salariés sont inquiets car si aucun repreneur ne se présente ce sera la fermeture définitive du site qui a déjà perdu 270 salariés l'an passé. Le groupe Doux se serait engagé à reclasser en interne l'ensemble du personnel s'il est contraint de fermer cet abattoir. Il souhaite également se séparer du centre d'accouvage Doux Dindonneaux situé à Elven (Morbihan) où 43 salariés sont concernés.

Stanislas du Guerny

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS