Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Groupe des fédérations industrielles réclame l'ajournement de l'écotaxe

, , ,

Publié le

D'après le Groupe des fédérations industrielles (GFI) l'écotaxe serait une mesure qui pénaliserait le "made in France" en s'ajoutant "à une pression fiscale déjà record".

Le Groupe des fédérations industrielles réclame l'ajournement de l'écotaxe
Frédéric Saint-Geours, président du GFI
© France Inter

Sommaire du dossier

L'écotaxe poids lourds continue de faire réagir. Alors que le ministre de l'Agriculture doit soumettre de nouvelles propositions d'aménagement du dispositif, le Groupe des fédérations industrielles (GFI) a demandé ce lundi 28 octobre au gouvernement "l'ajournement" de sa mise en application, prévue pour le 1er janvier 2014.

La compétitivité en danger selon le GFI

"Dans un contexte de croissance économique très faible et compte tenu des marges industrielles historiquement basses, le GFI demande au gouvernement de mieux considérer l'impératif de compétitivité de l'industrie en ajournant la mise en application de l'écotaxe poids lourds", a affirmé son président Frédéric Saint-Geours, cité dans un communiqué.

Le successeur de Pierre Gattaz à la tête du GFI demande également à l'exécutif "d'harmoniser ses paramètres avec les dispositifs existants dans les autres pays européens". Selon le GFI, comme "plus de 60% du transport routier concerne des produits industriels", l'écotaxe "handicapera encore un peu plus la compétitivité de l'industrie, en augmentant de 5% à 10% le coût du transport selon les cas", assure-t-il.

Une taxe qui pénaliserait le "made in France"

Les fédérations industrielles soutiennent également que la nouvelle taxe "pénaliserait" le "made in France", cher au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en "encourageant l'importation de produits finis".

"Les produits industriels sont en effet le fruit de nombreux assemblages et transformations, réalisés par des entreprises réparties sur l'ensemble du territoire", insiste le GFI, pour qui "un produit industriel pourrait donc aisément être taxé 7 ou 8 fois au fur et à mesure des différentes étapes de fabrication".
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle