Le groupe Chomarat investit massivement dans son outil de production

Au cours des trois prochaines années, le groupe Chomarat spécialisé dans les fibres techniques va consacrer 35 millions d’euros dans ses deux sites de production basés à Le Cheylard (Ardèche) et celui situé à Mariac (Ardèche).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le groupe Chomarat investit massivement dans son outil de production
L'été dernier, le groupe Chomarat s'est doté d’une nouvelle ligne de vernissage et de finition des matériaux enduits sur son site de Le Cheylard (Ardèche).

Spécialisé dans les fibres techniques, le discret groupe Chomarat compte investir pas moins de 35 millions d’euros au cours de trois prochaines années pour développer ses volumes d’activités. Deux sites à Le Cheylard (Ardèche) et un autre à Mariac (Ardèche) bénéficieront de cette somme. Chomarat pourra répondre aux attentes des marchés, plus particulièrement dans l’aéronautique et dans l’automobile, des secteurs où l’utilisation de matériaux permettant de gagner du poids est plébiscitée.

Quinze millions d’euros vont être affectés à la modernisation de l'usine de Mariac, dédié à la production des renforts verre pour les matériaux composites avec un objectif clairement affiché : augmenter la productivité du site de 30%. Les 20 millions d’euros restants sont destinés à augmenter les capacités de production de ses deux unités du Cheylard, en charge de la mise en œuvre de renforts en carbone et de films thermoplastiques pour les planches de bords. Pour accompagner ses investissements, le groupe va bénéficier, de la part de l’Etat, d’une prime d’un million d’euros dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire.

Créé à la fin du XIXe siècle à une époque florissante pour l’industrie textile ardéchoise, Chomarat est, quelque 120 ans plus tard, plus que jamais tourné vers l’avenir. Le groupe, qui garde secret son chiffre d'affaires, emploie 950 salariés, dont près de 500 en Ardèche. Il a été primé lors du salon européen des composites à Paris en mars pour son implication dans le projet Fast RTM, qui vise à démontrer la faisabilité de pièces automobiles structurelles de série en composites.

Frédéric Rolland, en Ardèche

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS