Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le grand Prix de Formule E, "un cadeau pour Paris", selon Anne Hidalgo

Frédéric Parisot , ,

Publié le

La première étape française du championnat de Formule E (électrique) a été officiellement annoncée aujourd'hui. La course aura lieu le 23 avril dans le quartier des Invalides, à Paris. La classe politique semble s'être prise de passion pour cette compétition synonyme d'innovation et de respect de l'environnement.


Crédit : Frédéric Parisot

Une course qui fait rêver à la fois les grands noms du sport automobile et les personnalités politiques, c'est une première. Le championnat de Formule E de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) fera étape à Paris le 23 avril prochain. Il s'agira du 7ème grand prix de la deuxième saison de cette compétition, qui fait s'affronter depuis 2014 des monoplaces électriques dans les capitales du monde entier.

Ce mercredi 13 janvier, Jean Todd, le Président de la FIA, a lancé officiellement cette première édition française à l'Hôtel de ville de Paris. A ses côtés, Alain Prost, ainsi que le Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports Patrick Kanner, la maire de Paris Anne Hidalgo, et la maire du 7ème arrondissement Rachida Dati.

"C'est un rêve devenu réalité, lance Jean Todt. J'avais ce rêve depuis un demi siècle, d'avoir une course dans Paris". Le Président de la FIA se félicite d'avoir su convaincre la municipalité et le gouvernement. D'après lui, s'il a fallu attendre la deuxième saison du championnat pour organiser une course dans la capitale, c'est avant tout pour des raisons de calendrier, car l'organisation de la première saison coïncidait mal avec les élections municipales de 2014.

Enthousiasme des politiques

Anne Hidalgo assure n'avoir pas été difficile à convaincre. "C'est un cadeau pour Paris, et pour tous ceux qui croient en la mobilité électrique. L'évènement montre qu'il y a de la recherche autour de l'électrique, donc que la technologie va progresser, cela va tout à fait dans le sens du choix que nous avons fait à Paris de privilégier la mobilité électrique pour lutter contre la pollution."

 Patrick Kanner, le Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, affiche le même enthousiasme : "Il n'y avait pas eu de grand prix en France depuis 2008, ça manquait ! Je suis convaincu que ce sera un grand évènement populaire".


Crédit : Nicolas Zwickel

Même si de nombreux pays ont déjà pu accueillir ces bolides silencieux dans les rues de leurs capitales, ce championnat électrique est une compétition très française, tient à rappeler Alejandro Agag, le PDG de Formula E Operations, en charge de la compétition.

"Le premier prototype de la voiture a été conçu en France, et les modèles que nous utilisons aujourd'hui sont fabriqués également en France, par Spark Racing Technology, indique-t-il. Et notre premier partenaire fondateur est Michelin, qui nous a soutenu dès le début. "

 "Avoir vingt bolides qui courent dans le centre de Paris, tous chaussés en Michelin, c'est le rêve !", confirme Pascal Coasnon, le directeur de la division Motorsport du fabricant de pneus.

Faire avancer la technologie

Rachida Dati et Anne Hidalgo s'entendent sur un point : il n'y a pas que la compétition dans cette course, il y a aussi une dimension d'innovation. L'idée de la FIA est de donner une image sportive à la propulsion électrique, mais aussi de faire avancer la technologie. "Nous autorisons depuis cette année les écuries à modifier le groupe motopropulseur de leurs voitures", expose Jean Todt.

"Et nous tirons la recherche sur les batteries, car si aujourd'hui il faut deux voitures pour finir la course, nous estimons que d'ici la saison 5 une seule voiture suffira, indique Alejandro Agag. Nous allons ainsi montrer au grand public que la technologie a évolué, et que ce sera en partie grâce à la Formule E."

Le grand prix de Paris aura lieu le 23 avril dans le 7ème arrondissement de Paris, sur un circuit tracé tout autour de l'Hôtel des Invalides. La course devrait attirer près de 15 000 spectateurs dans les tribunes qui seront installées aux abords de la piste, et être suivie par 17 millions de téléspectateurs dans le monde.

 

 

Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle