Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

"Dans le monde de l’intelligence artificielle, Thales est un acteur à part", explique Patrice Caine, PDG de Thales

, , , ,

Publié le , mis à jour le 08/11/2018 À 12H04

Entretien Pour le PDG de Thales, la nécessité de rendre explicables les décisions de l’intelligence artificielle dans les applications critiques sera clé. Ce Graal, il espère l’atteindre d’ici cinq à dix ans.

Dans le monde de l’intelligence artificielle, Thales est un acteur à part, explique Patrice Caine, PDG de Thales
Pour le PDG de Thales, la nécessité de rendre explicables les décisions de l’intelligence artificielle dans les applications critiques sera clé. Ce Graal, il espère l’atteindre d’ici cinq à dix ans.

L'Usine Nouvelle - Dans quelle mesure l’acquisition de Gemalto va-t-elle changer Thales ?

Patrice Caine - C’est une acquisition transformante pour le groupe. Ce n’est pas uniquement une question de taille, même si cela compte. Elle nous fait rentrer de plain-pied dans l’internet des objets industriels, sécurisés de bout en bout. Gemalto est un leader mondial en matière de sécurisation numérique des objets, de l’identité des personnes et des data. S’il se concentre essentiellement sur les données liées à l’identité, Thales traite celles liées à la mission. On peut prendre l’exemple du contrôle du trafic aérien des drones. Il faudra à la fois sécuriser l’identité numérique de l’appareil et ses données de mission, son altitude, ses coordonnées GPS et sa vitesse notamment, pour éviter tout risque de collision. Cela permettra d’insérer des drones dans le trafic aérien civil, ce qui n’est aujourd’hui pas le cas.

Envisagez-vous d’autres acquisitions de l’ampleur de Gemalto ?

Pas pour le moment, et ceci pour deux raisons. La première concerne les ressources financières. Mais l’autre raison, à laquelle j’accorde au moins autant d’attention, c’est la bande passante managériale. Les groupes qui n’ont pas réussi à intégrer des acquisitions successives sont ceux qui sont allés trop vite, qui ont été trop ambitieux. Une intégration de ce type prend plusieurs années. L’harmonisation des feuilles de route technologiques prendra du temps. Le temps disponible du management est une ressource rare et j’y suis très attentif. L’intelligence des équipes est notre capital le plus précieux.

 

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle