Le gouvernement veut aider Trevest

Le fabricant de sièges et de tapis et fournisseur du groupe Trèves doit procéder à des licenciements à compter du 12 juillet. Le fruit d’un plan de suppression d’emplois lancé en mars dernier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le gouvernement veut aider Trevest

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, ont assuré jeudi 31 mai qu'ils se battraient pour le sous-traitant automobile Trevest.

"Je suis conscient de l'immensité des attentes, de la difficulté de la tâche, je ne dis pas que nous trouverons des solutions pour tout, mais nous devons essayer, nous nous battrons pour", a assuré Pierre Moscovici aux salariés de la société basée à Etupes, près de Montbéliard (Doubs). Le ministre est principalement concerné par ce dossier car il est président de la communauté d'agglomération du Pays de Montbéliard et député sortant et candidat dans la 4e circonscription du Doubs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De son côté, son homologue du Redressement productif, a estimé que ce dossier allait faire l’objet de discussions sérieuses avec les donneurs d’ordre. Un tour de table est prévu pour tenter "d’arracher des volumes de production pour le groupe et trouver des solutions", a-t-il assuré. Au total, ce sont 85 emplois qui doivent être supprimés sur un effectif de 260.

La direction justifie le plan social par la non-obtention auprès de PSA Peugeot Citroën du marché des sièges de la voiture qui remplacera la Peugeot 308.

Mais pour les syndicats CFDT et CGT, une solution est possible : elle réside dans le partage du marché avec son titulaire, Faurecia, filiale de PSA. Selon eux, Trèves a obtenu une aide publique de 55 millions d’euros de la part du Fonds de modernisation des équipementiers automobiles. La contrepartie était alors selon eux le maintien des emplois.

"PSA et Faurecia n'ont pas intérêt à perdre leurs sous-traitants, nous devons leur apporter une réponse économique pour avoir une réponse sociale", a précisé Arnaud Montebourg.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS