Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le gouvernement teste ses réformes sur le terrain

Cécile Maillard ,

Publié le

Le gouvernement teste ses réformes sur le terrain

C’était sa première visite sur le thème du droit du travail, mais pas la dernière. Le 13?juin, Édouard Philippe s’est rendu chez Telma, un équipementier automobile innovant du Val- d’Oise (115 salariés en France), pour y saluer la qualité du dialogue social. Le Premier ministre veut, durant la période de concertation avec les organisations syndicales qui se terminera le 21?juillet, multiplier les rencontres pour tester ses projets de réforme. Chez Telma, le directeur général, pas plus que le délégué syndical CFE-CGC, ne souhaite se passer du CHSCT, alors que le gouvernement prévoit la possibilité de le fondre dans une grande instance unique du personnel, avec les délégués du personnel et élus du comité d’entreprise. « Dans l’industrie, nous avons besoin d’un suivi santé et sécurité très strict, réagit Olivier Saint-Cricq, le directeur général de Telma, qui rappelle qu’il est « pénalement responsable » de la sécurité. Interrogés par l’Association nationale des DRH (ANDRH), les responsables des ressources humaines plébiscitent pourtant la fusion des instances, à 88 %. « Une instance unique évitera les doublons, qui nous font répéter trois fois la même chose, parfois devant les mêmes interlocuteurs », souligne Jean-Paul Charlez, le président de l’ANDRH. L’association, autre canal du gouvernement pour tester ses idées, est en relation constante avec les cabinets d’Emmanuel Macron et de la ministre du Travail, ancienne DRH de Danone. Favorable à un plafonnement des dommages et intérêts aux prud’hommes, elle ne veut pas d’un barème, qui attribuerait une somme précise en fonction de critères comme l’âge, l’ancienneté, le type de préjudice. Pour limiter les litiges, l’ANDRH plaide pour un code du travail digital, un accès gratuit à une base de données des accords collectifs et une assistance RH pour les petites entreprises. Côté contrat de travail, sur lequel le gouvernement discute avec les syndicats, l’ANDRH aimerait que les accords collectifs puissent s’imposer au contrat individuel – c’est aujourd’hui le cas pour les seuls accords favorables à l’emploi, à des conditions strictes. Pas question, en revanche, pour les DRH de toucher au CDI, alors qu’ils réclament un assouplissement du CDD (période d’essai, rupture…). 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle