L'Usine Energie

Le gouvernement souhaite la construction rapide de fermes hydroliennes pilotes

Manuel Moragues , ,

Publié le

La ministre de l’Environnement Delphine Batho veut aller plus vite que ce que préconise le rapport sur le développement des énergies marines renouvelables publié ce vendredi 3 mai. Et pour cause : construire des fermes pilotes est un impératif pour valider les technologies d’hydroliennes.

Le gouvernement souhaite la construction rapide de fermes hydroliennes pilotes © EDF

La ministre de l’Energie et de l’Environnement Delphine Batho surenchérit dans le volontarisme. Le rapport réalisé par les ministères de l’Energie, des Transports et du Redressement productif et publié ce vendredi 3 mai préconise un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour construire des fermes hydroliennes pilotes au cours du troisième trimestre 2013. Delphine Batho a déclaré dans la foulée à l’AFP vouloir aller plus vite et lancer cet AMI avant la fin du premier semestre.

Aller vite, c’est ce que réclament les industriels français qui se positionnent dans la production d’électricité à partir des courants marins. GDF-Suez, partenaire du chantier naval français CMN, veut installer d’ici à 2016 au raz Blanchard, au large du Cotentin,  une ferme pilote de 3 à 6 turbines de l’allemand Voith Hydro. L’énergéticien développe un autre projet avec les hydroliennes de la PME quimpéroise Sabella dans le passage du Fromveur, au large du Finistère. Une première turbine devrait être installée d’ici à la fin 2013, devançant le projet d’EDF et DCNS à Paimpol-Bréhat. Les deux partenaires ont peiné pour repêcher l’hydrolienne d’Open Hydro tombée au fond de la rade de Brest, mais ils comptent bien produire leurs premiers électrons en 2014. Alstom, qui a finalisé l’acquisition de Tidal Generation Limited en janvier, peut se targuer d’avoir déjà généré de l’électricité avec son hydrolienne de 1 MW en mars dernier en Ecosse. Il prévoit de futurs pilotes.

Une poignée de prototypes

La construction de fermes pilotes est indispensable pour vérifier la viabilité technologique et économique de l’hydrolien. Seule une poignée de prototypes ont été installés dans le monde. Si l’hydrolien est techniquement plus avancé que les technologies d’exploitation de l’énergie houlomotrice (des vagues) ou de l’énergie thermique des mers, il reste largement derrière l’éolien offshore, pourtant encore en quête de maturité. Autant dire que l’objectif fixé par le rapport de construire des fermes de centaines de mégawatts d’ici à 2020, soit pratiquement avant la mise en service des premiers parcs éoliens offshore, paraît fort ambitieux. Sur ce point, la ministre n’a pas renchéri.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte