Le gouvernement québécois ne veut pas réinvestir dans l’Airbus A220

Après Bombardier, le gouvernement québecois doute aussi de l'avenir de l'Airbus A220 (ex-CSeries). Le 29 janvier, le Premier ministre de Québec a assuré qu'il ne réinvestirait pas dans le programme.

Partager
Le gouvernement québécois ne veut pas réinvestir dans l’Airbus A220
Un Airbus A220-300 à l'atelier de peinture de l'usine de Mirabel au Canada.

Le camp canadien continue de prendre ses distances avec l’Airbus A220 (ex-CSeries). Mercredi 29 janvier, le Premier ministre François Legault a exclu tout investissement supplémentaire dans le programme. En parallèle, Bombardier “réévalue” sa participation dans la co-entreprise avec l’avionneur européen.

“On ne peut pas s’assurer que cette division fera un jour des profits”

“Il n’est pas question de réinvestir dans cette division-là”, a déclaré le chef du gouvernement québécois selon des propos cités par Le Journal de Québec. “On ne peut pas s’assurer que cette division fera un jour des profits, donc nous n’allons pas réinvestir un cent dans cette division”, a-t-il ajouté.

Néanmoins, le gouvernement québecois continue de discuter avec Airbus et Bombardier sur l’A220. Le programme représente en effet 3 000 emplois, principalement à l’usine de Mirabel (Canada), que l’État souhaite protéger. Les partenaires pourraient trouver une entente sous une dizaine de jours selon la presse canadienne.

Depuis 2017, le programme A220 est géré par une co-entreprise entre Airbus et Bombardier, baptisée Société en commandite Airbus Canada (SCAC). Celle-ci est majoritairement détenue par Airbus (50 %) tandis que Bombardier en détient 33,6 % et Investissement Québec (société d’état québécoise) 16,4 % .

L’A220 aurait besoin de capitaux additionnels

Les propos du Premier ministre canadien font écho à une annonce récente de Bombardier. Le 16 janvier, à la présentation de ses résultats financiers préliminaires, l’entreprise révélait qu’elle “réévaluait” sa participation dans la co-entreprise SCAC. “Les plus récentes indications du plan financier de SCAC appellent à investir des capitaux additionnels pour soutenir l’accélération des cadences de production”, justifiait alors Bombardier.

Selon La Presse, François Legault a toutefois écarté une telle hypothèse. “Airbus vend toutes sortes de types d’avions, des Airbus 220, mais aussi Airbus 320, des avions plus importants. Donc c’est très difficile de s’assurer que la répartition des coûts dans cette division-là est faite correctement”, a-t-il argumenté.

Airbus relativise

Le Premier ministre, également chef de la Coalition avenir Québec est allé plus loin en critiquant les décisions de ses prédécesseurs. En 2016, le gouvernement libéral avait investi 1,3 milliard de dollars canadien (soit 890 millions d’euros) dans le CSeries. “Une mauvaise décision d’affaires”, selon François Legault. “Il va falloir évaluer quelle est la valeur marchande de cet investissement”, a-t-il ajouté.

Airbus et Bombardier doivent tous deux présenter leurs résultats financiers pour 2019 jeudi 13 février. L’avionneur européen n’a pas encore publiquement précisé son besoin de liquidités pour l’A220. Dans La Presse, une porte-parole relativise ce nouveau besoin de capitaux : “Il est tout à fait normal, à ce stade-ci dans la durée de vie d'un programme, qu'un investissement continu soit nécessaire.”

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS