Le gouvernement part en guerre contre la hausse des prix

Réagissant à une enquête de l'Institut national de la consommation, le Premier ministre lance aujourd'hui une « opération coup de poing » pour contrer la flambée des prix.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le gouvernement part en guerre contre la hausse des prix
Faire taire la polémique, devancer les critiques, reprendre le débat en main. Le gouvernement a vite réagi à la tempête provoquée par une enquête de l'Institut national de la consommation (INC) qui relance les interrogations sur la flambée des prix des produits alimentaires français.

A l'issue d'une réunion, hier soir, avec les ministres de l'Economie, de l'Agriculture, et de la Consommation, le Premier ministre François Fillon a proposé une série de mesures pour contrer l'évolution des prix des denrées alimentaires. « La hausse des cours des matières premières, qui ne concerne pas tous les produits, ne saurait expliquer les augmentations constatées aujourd'hui sur certains produits », précise-t-il dans un communiqué. Selon les prix relevés sur cinq sites Internet de 5 enseignes, révélés par l'enquête de I'INC, les prix des produits laitiers et céréaliers se seraient envolés de 5% à 48% entre novembre et décembre et janvier.

« Identifier les abus »

Parlant ouvertement d'« abus » de la part d'industriels et de distributeurs, François Fillon a demandé à Christine Lagarde et Luc Châtel de mener dès aujourd'hui « une enquête sur les marges des différents opérateurs économiques ». Objectif de cette « opération coup de poing » : « faire toute la transparence sur la part des hausses attribuables aux cours internationaux d'une part, et aux marges de transformation, d'intermédiation et de distribution d'autre part ». L'enquête devra également démontrer pourquoi les prix des produits alimentaires français sont « entre 5% et 30% plus chers » que chez nos voisins européens.

La Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCCRF) a confirmé ce matin à l'AFP, le début de cette enquête dans les centrales d'achat et les magasins des six principales enseignes pour vérifier les prix d'achat et de vente des produits alimentaires. Concrètement, 20 produits phares seront analysés d'ici à la fin de la semaine.

Par ailleurs, le Premier ministre a demandé la publication dès le 10 mars prochain des premiers résultats de l'Observatoire des prix et des marges, créé lors en novembre 2007. Parmi les autres mesures figure la création d'une Autorité de la concurrence « aux compétences accrues », déjà prévue dans le projet de loi pour la modernisation de l'économie. En outre, « une réforme de la réglementation » doit « permettre la négociabilité des tarifs et une compétition accrue entre les distributeurs », promet Matignon dans un communiqué.

Toutes ces mesures doivent compléter la loi Chatel du 3 janvier dernier, qui entre en vigueur le 1er mars prochain. Celle-ci prévoit notamment de restituer les marges arrière, c'est-à-dire, les avantages commerciaux et les promotions que les distributeurs obtiennent de leurs fournisseurs.

Carmela Riposa


0 Commentaire

Le gouvernement part en guerre contre la hausse des prix

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS