Le gouvernement évoque un prix plancher de 2,17 milliards d'euros pour les enchères 5G

Le gouvernement a donné des indices concernant les enchères 5G, attendues de pied ferme par les opérateurs français. Le prix plancher pour l'attribution des fréquences pourrait être de 2,17 milliards d'euros, a déclaré dimanche 24 novembre la secrétaire d'État Agnès Pannier-Runacher.

Partager
Le gouvernement évoque un prix plancher de 2,17 milliards d'euros pour les enchères 5G
Agnes Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Dimanche 24 novembre, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, a jugé "raisonnable" un prix plancher de 2,17 milliards d'euros pour l'attribution des enchères 5G aux opérateurs télécoms. Les règles du jeu de cette procédure sont attendues fébrilement par les opérateurs français.

L'Arcep, autorité de régulation des télécoms en France, a transmis jeudi 21 novembre au gouvernement le cahier des charges pour l'attribution aux opérateurs des fréquences 5G, la technologie mobile de nouvelle génération, une initiative attendue de longue date.

"Nous ne maximisons pas le montant des enchères 5G"

"La Commission des participations et des transferts (CPT), autorité indépendante chargée de donner un avis sur la valeur minimale en dessous de laquelle ne peut être cédé ce bien public, a fixé ce montant à 2,18 milliards pour la totalité des 310 MHz disponibles", a déclaré Agnès Pannier-Runacher dans un entretien aux Échos.

Les opérateurs français - Orange, SFR (filiale d'Altice Europe), Bouygues Telecom et Free (Iliad) - sont préoccupés par l'envolée des prix lors des enchères 5G. En Italie et en Allemagne, elles avaient atteint environ 6,5 milliards d'euros dans les deux cas. "Nous ne maximisons pas le montant des enchères 5G", s'est défendue la secrétaire d'État.

Huawei va-t-il être tenu à l'écart ?

La secrétaire d'État a également évoqué les questions liées à l'équipementier Huawei. Va-t-il être tenu à l'écart des réseaux 5G français, alors qu'il a déjà été banni dans plusieurs pays dont les États-Unis. "La position du gouvernement est claire. Par principe, il n'y a pas de bon et de mauvais équipementiers", a estimé Agnès Pannier-Runacher.

Avec Reuters (Elizabeth Pineau)

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS