Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le gouvernement et les fabricants de vaccins signent une trêve

Gaëlle Fleitour ,

Publié le

Après plusieurs mois d’échanges musclés sur les problèmes de pénurie de vaccins, une réunion s’est tenue jeudi entre la ministre de la Santé et les industriels. Et des solutions enfin décidées, ensemble.

Rappel à l’ordre des industriels aux yeux de Marisol Touraine, "dialogue constructif" selon le directeur général du syndicat de l’industrie pharmaceutique (Leem), Philippe Lamoureux. Jeudi 28 janvier s’est tenue une heure de discussions à bâtons rompus entre les fabricants de vaccins, le Leem et la ministre de la Santé, qui les avait convoqués. A l’ordre du jour : la délicate problématique des pénuries de vaccins, qui a pris de l’ampleur ces derniers mois en France.

Un phénomène "insupportable et inacceptable", insistait Marisol Touraine, exigeant des engagements de la part des laboratoires, en contrepartie de son Plan d'action pour la rénovation de la politique vaccinale.

Le résultat ? Les fabricants ont accepté de communiquer sur l’état des stocks des vaccins obligatoires, "en temps réel en cas de difficulté d’approvisionnement" et régulièrement via un comité d’interface présidé par le directeur général de la santé. Ils devront aussi mettre en place d’ici décembre - soit encore plus rapidement que la nouvelle loi de Santé les y oblige -, des plans de gestion des pénuries pour l’ensemble des vaccins du calendrier vaccinal. Jusqu’à présent, chaque laboratoire avait sa propre politique en la matière.

Des mesures à l’échelle européenne

La ministre demande aussi aux industriels de "continuer d’investir en Europe pour réduire les délais de production et augmenter les capacités de production des vaccins du calendrier vaccinal". Pas si simple, notamment dans l’Hexagone, qui peut néanmoins déjà compter sur les grandes usines de Sanofi Pasteur et GSK. Les fabricants ont répondu positivement : ils reviendront, laboratoire par laboratoire pour des raisons de confidentialité, devant Marisol Touraine pour lui exploser leurs plans.

Cette échelle européenne est indispensable aux yeux de l’industrie, qui appelle en échange à ce que les calendriers vaccinaux soient harmonisés sur le Vieux Continent et lui soient communiqués plus rapidement, afin qu’elle puisse adapter au mieux cette complexe production.

Autre attente côté fabricants : que le gouvernement avance sur la question de l’exportation parallèle. "La responsabilité est partagée, estime Philippe Lamoureux. On essaye donc de porter un diagnostic partagé et d’apporter des solutions ensemble." La ministre leur a d’ailleurs assuré qu’ils seraient bien invités au débat national sur la vaccination qu’elle a annoncé pour l’automne.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle