Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le gouvernement dévoile son «plan véhicules électriques»

,

Publié le

Christian Estrosi a annoncé un train de mesures pour soutenir le décollage du marché de la voiture électrique. L’usine de Renault bénéficiera notamment d’investissements du FSI.

Les entreprises citées

L’Etat français apportera sa contribution au projet de construction d’une usine de batteries lithium-ion à Flins (Yvelines), mené en collaboration par Renault, le CEA (Commissariat à l'énergie atomique) et AESC (une co-entreprise entre Nissan et NEC), a annoncé hier Christian Estrosi. Il financera également la création d’un centre de recherche à Grenoble dédié au développement de batteries de nouvelle génération. L’investissement total, réalisé à travers le Fonds stratégique d’investissement (FSI), atteindra 1,5 milliard d’euros, dont la moitié environ sera dépensée d’ici à 2014.

L’usine de batteries sera située à côté du site de production Renault de Flins, qui fabriquera des voitures électriques à partir de 2011-2012. Elle produira 50.000 batteries par an dès 2011, pour monter en capacité jusqu’à 250.000 batteries en 2015. Les premiers modèles équipés seront la Zoe ZE et le Kangoo électrique.

Les constructeurs cherchent aujourd’hui à conquérir leur indépendance en matière d’approvisionnement de batteries, qui seront le nerf de la guerre lorsque la bataille du véhicule électrique aura commencé. La maîtrise des coûts de production et des performances des batteries (autonomie, durée de vie…) sera en effet critique pour faire accepter ce type de véhicules aux consommateurs. GM a notamment annoncé en août un investissement de 43 millions de dollars dans une usine d’assemblage de batteries aux Etats-Unis. L’Europe est pour le moment en retard sur le marché mondial, malgré quelques fleurons tels que Saft.

C’est pourquoi le gouvernement en fait un enjeu majeur de la future politique industrielle, au moment où l’industrie automobile française perd davantage d’emplois qu’elle n’en crée.

Le ministre de l’Industrie a par ailleurs confirmé que l’Etat lancerait à l’automne une série d’appels d’offres pour la fourniture de 50.000 véhicules électriques, aux côtés de partenaires publics et privés (La Poste, EDF, la SNCF…) exploitant des flottes de petits utilitaires. 10% des véhicules concernent l’Etat lui-même. D’ici à cinq ans, l’ensemble des commandes pourraient s’élever à 100.000 véhicules.

Sur le volet amont, Christian Estrosi a prévu d’installer un comité stratégique qui rassemblera les équipementiers du secteur électrique, tels que EDF, Schneider ou Legrand, afin de réfléchir au développement de la filière et à l’amélioration de sa compétitivité.

En aval, du côté du consommateur, le gouvernement maintiendra le bonus de 5.000 euros accordé pour l’achat d’un véhicule électrique, au moins jusqu’en 2012.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

24/09/2009 - 21h15 -

je suis pour la voiture électrique mais on ne sait pas encore vraiment combien elles coûteront approximativement et surtout de combien sera augmentée notre facture d'électricité pour la recharge des batteries
Répondre au commentaire
Nom profil

23/09/2009 - 20h07 -

Bravo Mr Estrosi , c est bien tout ça , le succès de ses autos sera basé sur un cout d exploitation intéressant , un delais de recharge faible , et une autonomie suffisante
si oui j en commande une Zoé de suite
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle