Le gouvernement dévoile son ambitieux plan sur la méthanisation agricole

C’est dans le Morbihan, ce vendredi 29 mars, que Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, et Delphine Batho, la ministre de l’Ecologie, ont présenté leur plan d’attaque concernant la méthanisation agricole.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le gouvernement dévoile son ambitieux plan sur la méthanisation agricole

Ce plan, baptisé "Energie méthanisation autonomie azote", est des plus ambitieux. Alors que le pays ne compte actuellement que 250 installations de méthanisation - dont seulement 90 sont agricoles -, les pouvoirs publics souhaitent voir ce chiffre passer à 1500, dont 1000 méthaniseurs agricoles en 2020. Ce qui devrait représenter, selon les chiffres ministériels, un investissement de deux milliards d’euros et 2000 emplois à la clé.

Pour y parvenir, la filière agricole devrait bénéficier de plusieurs mécanismes de soutien. Le premier concerne le dispositif d’achat de l’électricité produite à partir du biogaz. Ce dernier sera amélioré pour les effluents provenant de l’élevage, avec une prime spéciale qui sera augmentée jusqu’à 40%. Ensuite, pour faciliter les démarches des agriculteurs, un guichet unique sera créé et le raccordement au réseau électrique facilité. Les exploitants pourront également bénéficier de garanties et prêts financiers auprès de la Banque Publique d’Investissement (BPI).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le procédé de méthanisation consiste à générer du méthane à partir de déchets organiques (déchets agricoles mais aussi ordures ménagères, boues de stations d’épuration, etc.). Ce biogaz peut alors être utilisé pour produire de la chaleur qui servira à chauffer des bâtiments, voire de l’électricité. Le digestat, riche en azote, peut de son côté être utilisé comme engrais.

En matière de méthanisation, l’Allemagne fait figure de référence en Europe. Elle a déjà installé 7 000 installations dont 4200 chez les agriculteurs. Selon une étude publiée par le cabinet Xerfi en juillet dernier, le marché de la méthanisation en France, dopé par un contexte réglementaire favorable, reste pourtant l’un des plus prometteurs notamment grâce au potentiel de la méthanisation agricole. Cependant, l’étude souligne que les projets sont encore peu rentables : une installation de méthanisation coûterait 1,6 à 2,3 fois plus cher en France qu’en Allemagne en raison du manque de maturité de la filière.

L’annonce du gouvernement français devrait toutefois mettre du baume au cœur des industriels présents sur ce marché. A savoir les entreprises spécialisées comme Naskeo Environnement, les gestionnaires de déchets comme Suez et Veolia mais aussi les énergéticiens comme Séchilienne-Sidec et GDF Suez. En espérant que l’initiative ne sera pas la prochaine bulle environnementale à l’image de ce qui s’est passé dans le photovoltaïque.

Camille Chandès

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS