Le GNV : l’autre façon de rouler propre

Les véhicules électriques sont de plus en plus plébiscités et on en oublie donc parfois qu’il existe d’autres véhicules « propres ». Le gaz naturel pour véhicule (GNV) est en effet promis à un bel avenir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le GNV : l’autre façon de rouler propre

Bien qu’il offre un confort équivalent à l’essence (puissance et autonomie), le gaz naturel pour véhicule reste marginal en France. À contrario, il est largement développé en Suède et chez nos voisins Italiens, où l’on dénombre 850 000 véhicules roulant au gaz, et un réseau conséquent avec 960 stations d’avitaillement, dont 95 % ouvertes au public.

Un carburant « vertueux »

Bien que le GNV soit un carburant fossile, il est plus vertueux que les carburants « classiques » tels que l’essence et le diesel. Les chiffres sont parlants ; par rapport à un véhicule diesel : réduction de 80 % des émissions de particules fines et d’oxyde d’azote, et de 25% des émissions de gaz à effet de serre. De plus, un véhicule fonctionnant au GNV est moins bruyant et ne dégage ni odeur ni fumée.

250 stations prévues en France à l’horizon 2020

La directive européenne Alternative Fuels Infrastructures (AFI, 2014) encourage la France à développer progressivement son réseau d’infrastructures dédiées aux carburants alternatifs, dont le gaz. Les flottes privées (camions, véhicules utilitaires) et les flottes publiques (bus, bennes à ordures ménagères) sont essentiellement ciblées.

Afin de pouvoir garantir l’avitaillement, des efforts significatifs – aussi bien des acteurs publics que des industriels – sont nécessaires pour construire des stations-service fournissant du GNV. Actuellement, on en dénombre à peine 16 accessibles aux poids lourds, mais environ 15 autres sont en projet ou en construction. D’ici 2020, la France devrait être équipée de 150 points de distribution de GNV, sous forme liquéfiée et/ou comprimée. Certaines stations ouvertes au public seront financées par le Programme des investissements d’avenir. Au global, près de 250 stations publiques ou privées seraient donc installées.

Vers le 100 % vert avec le bioGNV

Une autre perspective, entièrement écologique, se profile avec le « bioGNV ». Le biométhane (biogaz épuré) est issu de la fermentation de déchets organiques et est équivalent au gaz naturel. Il est possible de l’injecter dans le réseau, ou de l’utiliser comme carburant. Dans ce dernier cas on parle alors de bioGNV.

Le bioGNV présente un excellent bilan environnemental avec une réduction de la quasi-totalité des gaz à effet de serre. Bien qu’aujourd’hui marginal, il est donc amené à se développer de façon significative. Le biométhane carburant est d’ores et déjà proposé dans certaines stations GNV, via les garanties d’origines (certification permettant de garantir l’origine renouvelable du gaz).

Ce contenu vous est proposé par Uniper

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS