Le gin chic fait bondir les ventes du britannique Fevertree

(Reuters) - Le groupe de boissons britannique Fevertree Drinks a déclaré jeudi s'attendre à un bond d'environ 40% de son chiffre d'affaires annuel avec le succès de son gin haut de gamme et de ses eaux toniques parfumées sur son marché intérieur.
Partager
Le gin chic fait bondir les ventes du britannique Fevertree
Le groupe de boissons britannique Fevertree Drinks a déclaré jeudi s'attendre à un bond d'environ 40% de son chiffre d'affaires annuel avec le succès de son gin haut de gamme et de ses eaux toniques parfumées sur son marché intérieur. /Photo d'archive/REUTERS/Neil Hall

Selon la Wine and Spirit Trade Association, plus de 66 millions de bouteilles de gin ont été vendues en Grande-Bretagne en 2018, soit une progression de 41% par rapport à 2017.

Les produits Fevertree sont commercialisés dans plus de 70 pays, dont la France.

"Les consommateurs achètent des alcools d'excellente qualité et veulent des mélanges sophistiqués. Fevertree a été le premier à le comprendre", dit Alex Beckett, du cabinet spécialisé Mintel Food & Drink.

Le titre Fevertree Drinks gagnait près de 15% à 2.980 pence à la Bourse de Londres vers 15h15 GMT et était en passe de connaître sa meilleure séance depuis plus d'un an.

Le cours de l'action a été multiplié par plus de 15 depuis l'entrée en Bourse du groupe en 2014. En tenant compte de sa hausse de jeudi, sa valorisation boursière atteignait 3,5 milliards de livres (4 milliards d'euros), ce qui en faisait la deuxième plus grande capitalisation du marché AIM, un compartiment de la Bourse londonienne regroupant les valeurs de croissance.

Fevertree pense avoir réalisé l'an dernier des ventes en hausse de 39% à 236 millions de livres, soutenues par la vague de chaleur estivale et la demande lors des fêtes de fin d'année. Les analystes de Jefferies prévoyaient un chiffre d'affaires de près de 224 millions de livres.

Sur le segment des eaux toniques en Grande-Bretagne, la part de marché de Fevertree est passée de 1,6% en 2014 à 12,6% en 2018, selon Euromonitor International. Sur la même période, celle de Coca-Cola, propriétaire de la marque Schweppes, a été ramenée de 34,8% à 23,4%.

(Karina Dsouza et Noor Zainab Hussain; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS