Le géant pétrolier Saudi Aramco se lance dans la construction navale

L'Arabie saoudite souhaite à tout prix diversifier son économie pour sortir de sa trop grande dépendance au pétrole. Le pays a décidé de financer, via sa compagnie pétrolière Aramco, le plus grand projet de chantier naval de la région du Golfe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le géant pétrolier Saudi Aramco se lance dans la construction navale
Le PDG de Saudi Aramco, Khalid al-Falih

Le poids lourd mondial du pétrole s'apprête à construire le plus grand chantier naval du Golfe. Le groupe pétrolier public Saudi Aramco (Aramco) vient de signer un projet de coentreprise pour ce faire, d'une valeur de 5,2 milliards de dollars. Il fait ainsi un pas de plus à la périphérie du secteur pétrolier, pour réduire sa dépendance à l'or noir.

Le contrat a été conclu avec la National Shipping Co de l'Arabie saoudite (Bahri), la société d'ingénierie cotée à Londres Lamprell, et le spécialiste coréen de la construction navale, Hyundai Heavy Industries Co (HHI), ont-ils annoncé dans des communiqués distincts mercredi 31 mai. D'une superficie de 4,3 kilomètres carrés, le chantier naval sera situé à Ras Al Khair sur la côte est de l'Arabie saoudite. La production devrait commencer en 2019, le chantier atteignant la pleine capacité d'ici à 2022. Selon le géant saoudien, ce projet serait à même de travailler sur quatre plates-formes offshore et plus de 40 navires par an, dont trois très gros porteurs de pétrole brut (superpétroliers).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Diversification de l'économie

Au titre de l'accord de coentreprise, le gouvernement saoudien devrait couvrir quelque 3,5 milliards de dollars du coût total, et le reste sera financé par les partenaires de la joint-venture, explique Lamprell, qui investira jusqu'à 140 millions de dollars et détiendra 20% de la JV. Aramco, quant à lui, détiendra 50,1% de la coentreprise et devrait investir jusqu'à 351 millions de dollars. Bahri investira jusqu'à 139 millions de dollars pour une participation de 19,9% et HHI jusqu'à 70 millions de dollars pour 10%.

La crise pétrolière qui perdure depuis mi-2014 a fortement ralenti l'économie saoudienne. Dans le cadre d'un plan de relance initié par le gouvernement, qui passe par la privatisation de plusieurs sociétés d'Etat et notamment la mise sur le marché d'une petite partie du capital d'Aramco, le pays veut désormais produire les biens et services qu'il importait traditionnellement. Sa stratégie consiste à utiliser de grandes quantités d'argent public et les budgets d'approvisionnement des grandes entreprises publiques, telles qu'Aramco, pour attirer l'expertise étrangère et développer des industries stratégiques.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS