Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le géant chinois des VTC DiDi s'allie à 30 acteurs de l’industrie automobile dans les services de mobilité

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le

Renault-Nissan, Toyota, Geely et une vingtaine d’autres acteurs de l’automobile s’allient au géant chinois des VTC DiDi pour développer des services liés à la mobilité en Chine.

Le géant chinois des VTC DiDi s'allie à 30 acteurs de l’industrie automobile dans les services de mobilité
Chaque entreprise membre de l'Alliance pourra développer de nouveaux services de mobilité, liés à la location de véhicules, à l’autopartage, au covoiturage, à la gestion de flottes… en Chine et au-delà.
© Didi Chuxing

Le vieux monde et le nouveau monde automobiles s’allient. Le géant chinois du transport DiDi Chuxing (l’équivalent local d’Uber, mais encore plus puissant que l’Américain) a annoncé le 24 avril à Pékin la création de la "DiDi Auto Alliance", qui rassemble des acteurs automobiles traditionnels derrière ce champion de la mobilité. L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi figure parmi les fondateurs, tout comme Toyota et la filiale chinoise du groupe Volkswagen, les constructeurs chinois SAIC Motor, Geely (maison-mère de Volvo), Chery, les équipementiers Bosch et Continental, le spécialiste de la cartographie Navinfo, les fabricants de batteries BYD et CATL…

Une plate-forme unique pour développer des services multiples

Tous ces acteurs vont partager leurs ressources et leurs données pour créer une plate-forme commune permettant à chaque entreprise membre de développer de nouveaux services de mobilité, liés à la location de véhicules, à l’autopartage, au covoiturage, à la gestion de flottes… en Chine et au-delà. L’alliance DiDi facilitera la coopération entre tous ses membres pour bâtir une offre de services la plus large possible. Elle fera bénéficier ses partenaires de ses capacités en big data et en intelligence artificielle.

L’Alliance entend aussi jouer un rôle dans le développement des infrastructures de charge de véhicules électriques puisque ceux-ci seront au cœur des futurs réseaux de transport à la demande, d’abord avec chauffeurs, puis automatisés. DiDi espère intégrer 10 millions de véhicules électriques à sa plate-forme de services dans les dix ans à venir, afin de servir 2 milliards de clients potentiels.

Partenariat non-exclusif

La formation de cette alliance n’indique pas que tous les constructeurs et équipementiers impliqués vont se ranger derrière la bannière DiDi et cesser de développer leurs propres services de mobilité. Mais ils souhaitent assurer l’interopérabilité de leurs différentes offres et profiter de synergies techniques et commerciales.

Renault comme Nissan entendent toujours développer leurs propres services de mobilité autonome à la demande dans les années 2020, tandis que Toyota prévoit lui aussi de lancer un service de robotaxis au Japon pour les JO de 2020. Le constructeur japonais travaille d’ailleurs avec d’autres acteurs de la mobilité comme Uber, sa participation à l’alliance DiDi n’est donc pas exclusive.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle