L'Usine Santé

Le géant allemand Bayer tire un trait sur la chimie

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Dix ans après s’être séparé de sa chimie de base, le géant allemand Bayer va se séparer de sa division "matériaux hautes performances", confrontée à un environnement difficile. Pour se focaliser sur ses deux autres divisions : la pharmacie et l’agrochimie.

Le géant allemand Bayer tire un trait sur la chimie © Bayer

Dix ans après la création de Lanxess, une spin-off regroupant sa chimie de base et une partie de ses polymères, le géant allemand Bayer (39 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014) poursuit son désengagement de la chimie.

Bayer vient de confirmer son intention de se séparer de Bayer Material Science, sa division de matériaux hautes performances (polycarbonate, polyuréthane, matières premières pour les peintures et colles), afin de se focaliser sur les sciences de la vie avec ses deux autres divisions : pharmacie (médicaments) et agrochimie (engrais et fertilisants). Avec deux options : une introduction en Bourse, idéalement dans les douze à dix-huit mois, ou, si l’environnement de marché est vraiment trop mauvais, une spin-off.

Faire de la nouvelle entité le quatrième acteur chimique européen

Seule, Material Science deviendrait le quatrième acteur chimique européen avec 11,3 milliards d’euros de revenus, une marge d’Ebitda de 9,1% et 16 800 employés, ont expliqué, lors d’une conférence de presse jeudi 18 septembre, les dirigeants de Bayer.

Ce dernier conserverait pour sa part près de 99 000 employés, des ventes de 29,3 milliards d’euros et une marge d’Ebitda de 24,8%."Il n’y aura pas de licenciement pour des raisons opérationnelles avant la fin de 2020", s’est engagé Marijn Dekkers, le président du directoire de Bayer.

Une rumeur récurrente depuis le rachat du laboratoire Schering

La rumeur d’une cession était récurrente depuis le coûteux rachat en 2006 par Bayer du laboratoire pharmaceutique allemand Schering, pour 16,5 milliards d’euros. Elle s’était renforcée depuis l’acquisition en mai dernier, pour plus de 10 milliards d’euros, de la division de médicaments sans ordonnance du laboratoire américain Merck. L’opération a permis à Bayer de se hisser à la place de numéro deux mondial des produits en vente libre en pharmacie, juste derrière la joint-venture des big pharmas Novartis et GSK. 

Côté agrochimie, après avoir investi dans ses plates-formes technologiques, la biotechnologie et les semences, "nous gagnons actuellement des parts de marché", insiste Marijn Dekkers. Les sciences de la vie représentent désormais plus des deux tiers des ventes du groupe et près de 90% de ses bénéfices. Quant à la division Material Science, elle nécessite de nouveaux investissements pour augmenter ses capacités et résister sur ses différents marchés, affirment les dirigeants de Bayer.

Une division en recul dans "un environnement difficile"

Dans le monde de la pharmacie, Bayer était le dernier grand laboratoire à avoir conservé son activité historique de chimie. Finalement, c’est l’"environnement difficile" qui aura eu raison de la division, dont le chiffre d’affaires et le résultat d’exploitation avaient reculé l’an dernier.

Au premier semestre, Bayer avait déjà annoncé la fermeture de deux sites de production de feuilles en polycarbonate (utilisées dans l’industrie de la construction), l’un en Allemagne et l’autre en Chine. Leader mondial des polycarbonates, l’allemand a dû faire face à l’arrivée sur son marché d’industriels du Moyen-Orient cassant les prix.

La direction n’a pas encore précisé ses intentions sur le plan capitalistique. Mais elle privilégiera sans nul doute une indépendance progressive de la structure. Comme avec Lanxess, qu’elle avait cotée en Bourse avant de sortir définitivement du capital.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte