Le gaz de schiste, mieux connu par les Français

Les Français se disent mieux informés sur le gaz de schiste et favorables à l’expérimentation de technologies alternatives à la fracturation hydraulique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le gaz de schiste, mieux connu par les Français

Les anti et pro gaz de schiste se livrent une bataille frontale en France. Les premiers ont conquis, entre autres, le président de la République, François Hollande, et la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho. Les seconds comptent dans leurs rangs le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques. De cette bataille émerge déjà un gagnant : l’information du grand public. Selon un sondage mené par l’Ifop à la demande de la société américaine Ecorpstim (spécialiste de la fracturation au propane), 92 % des sondés ont déjà "entendu parler du gaz de schiste" et 53 % “savent de quoi il s’agit". Ces taux étaient respectivement de 84 % et 44 %, il y a six mois.

Parmi les gens se considérant informés, l’institut note que l’opinion évolue en faveur du gaz de schistes. 74 % jugent qu’il participerait à l’indépendance énergétique du pays, 71 % qu’il créerait de l’emploi et 59 % qu’il limiterait l’augmentation des prix du gaz. Enfin, 80 % des gens informés se disent favorables à des expérimentations de technologies de fracturation alternatives n’employant ni eau, ni produits chimiques... Notons qu’il s’agit précisément de ce que fait Ecorpstim, le commanditaire du sondage.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En l’état, la France interdit aujourd’hui toute fracturation, qu’elle soit à l’eau ou au propane, comme indiqué dans la loi du 13 juillet 2011. Cette loi prévoyait aussi la mise en place d’une commission d’étude des hydrocarbures non conventionnels. Mais la ministre Delphine Batho considère que ce n’est pas une priorité. La France fait partie des trois pays à avoir interdit la fracturation avec la Roumanie et la Bulgarie, alors que l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne viennent d’autoriser le développement des hydrocarbures de schiste. Une trentaine de pays sont désormais engagés dans cette exploitation, les Etats-Unis en tête.

Ludovic Dupin

0 Commentaire

Le gaz de schiste, mieux connu par les Français

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS