Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le gagnant des primaires, François Hollande, et son contrat avec l’industrie

Publié le

Désormais candidat PS à la présidentielle, François Hollande entre en campagne pour une autre échéance : 2012. Sur le plan de l’industrie, il a déjà préparé ses billes pour les débats à venir. L’Usine Nouvelle propose de revenir sur ses propositions, thème par thème.

Le gagnant des primaires, François Hollande, et son contrat avec l’industrie © François Hollande - Flickr - C.C

Politique industrielle

Le 21 septembre, François Hollande choisit de se rendre dans la région de Sochaux-Montbéliard pour parler d’industrie, en pleine campagne des primaires. Le candidat y vante la qualité de l’ancrage de la région : "la recherche se fait ici, les emplois sont ici, les sous-traitants sont dans l’environnement immédiat". Et de rajouter : "c’est une chance d’avoir des entreprises de taille mondiale à condition qu’elles restent fidèles à leur territoire".

Ré-industrialisation

Sans aller jusqu'à défendre la démondialisation comme son ancien concurrent à la primaire Arnaud Montebourg, il défend son "pacte productif". Et il rebondit sur ce qu’il a déjà annoncé dans une interview de L’Usine Nouvelle : "nous devons passer un contrat avec les chefs d’entreprises : développez-vous partout, investissez là où sont les marchés, mais gardez votre production ici", déclare-t-il.

Nucléaire

François Hollande ne souhaite pas une sortie du nucléaire mais prône une diminution de sa part dans le mix énergétique. Il souhaiterait passer d’une part de 75% d’électricité produite grâce à l’atome à 50%.

Déficit

Il prône le retour à l’équilibre des comptes publics en 2017. "Tout ce que j’annoncerais sera complété par des économies équivalentes", précise-t-il à l'issue du premier tour des primaires, le 9 octobre.

Emploi

Le 9 septembre, lors d’une visite à l’usine d’Arcelor Mittal à Florange qui risque de fermer, le candidat à la présidentielle déclare : "la Lorraine symbolise une fois de plus la faillite de la politique industrielle du président de la République et la nécessité de la réorienter vers une intervention plus efficace de l’Etat." Plus efficace pour garder des emplois et éviter des drames pour les ouvriers, comme pour les Contis, Molex et autres Heuliez.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle