Le futur d’Heuliez se fera sans la Macif

Difficile de suivre le dossier Heuliez. Entre annonces des pouvoirs publics et renonciation de repreneurs potentiels , le flou règne autour de l’équipementier automobile.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le futur d’Heuliez se fera sans la Macif

La Macif, assureur mutualiste, ne milite plus en faveur d’Heuliez. Il a annoncé qu’il renonçait à entrer au capital de l’équipementier « après une analyse approfondie de la situation ». Deux jours plus tôt, la présidente de la région Poitou Charentes, Ségolène Royal, avait révélé qu’un assureur de la région comptait entrer au capital d’Heuliez. « Ce renoncement, c’est une surprise, mais nous nous battrons jusqu’au bout », a expliqué Emile Bregeon, délégué CGT. « Le refus de la Macif d'entrer au capital est un aléa. Nous en avons connu d'autres et nous en connaîtrons encore », commente le délégué CFE-CGC, Jean-Emmanuel Valade.

Deux ou trois investisseurs potentiels

Ce renoncement ne signifie pas pour autant la fin d’Heuliez. La présidente de la région, Ségolène Royal, a réclamé un nouveau tour de table plus élargi, avec la possibilité pour la Macif de revenir sur sa décision. « L’ouverture du capital a été proposée à tous les secteurs d’activité car Heuliez est une très belle entreprise porteuse d’avenir, de chiffre d’affaires, d’emplois et de développement »,a—elle expliqué. Quant au ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, il a annoncé mercredi 24 février que « deux ou trois autres investisseurs sérieux » étaient intéressés par le dossier, sans citer de nom. Une manière de ne pas compromettre les négociations en cours.

Les élections régionales en toile de fond

A quelques jours des élections régionales, le ministre a estimé que le dossier Heuliez ne devait « pas faire l’objet d’exploitation électorale ». « De grâce, que Ségolène Royal soit discrète, que nous travaillions aujourd’hui tranquillement pour ne pas décevoir les salariés d’Heuliez », a affirmé le minsitre de l’Industrie. Une critique portée à l’encontre de la présidente de Poitou-Charentes et partagée avec le candidat UMP dans la région, Dominique Bussereau.

Après le renoncenement de l’assureur, elle a évoqué le nom d’un nouveau repreneur potentiel, l’entreprise Hervé Thermique. Pour l’heure, cette dernière ne semble pas au courant de l’annonce de la présidente de la région.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne
%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS