Le futur antivirus français visera 15 à 20% du marché

Le projet DAVFI d’antivirus est lancé avec le soutien de l’Etat. Il veut offrir une alternative française aux antivirus étrangers qui dominent aujourd’hui le marché. Avec l’objectif de prendre 15 à 20% du marché à l’horizon 2016-2017.

Partager
Le futur antivirus français visera 15 à 20% du marché

"Un pays comme la France ne peut se permettre de dépendre d’antivirus étrangers. Pour sa souveraineté numérique, il a besoin de disposer de son propre antivirus", a martelé Eric Filiol, directeur du Laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelle de l’ESIEA, à Laval, lors de la présentation du projet DAVFI, lundi 10 septembre, à Paris.

Ce projet vise en effet à développer un antivirus 100% français en s’appuyant sur les compétences d’un grand groupe (DCNS Research), trois PME (Qosmos, Teclip et Init SYS) et un labo public (Laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelle de l’ESIEA). Il est porté par Nov’IT, une société spécialement créée pour l’occasion en 2011 par Alphalink, fournisseur de services aux opérateurs télécoms. Il représente 5,5 millions d’euros sur 2 ans, dont 2,3 millions d’euros de Fonds nationale pour la Société Numérique (FSN).

Selon Jérôme Notin, président de Nov’IT, le marché français des antivirus - que soit pour les systèmes d’information des administrions que pour les équipements grand public - dépend aujourd’hui presque exclusivement d’antivirus développés aux Etats-Unis ou aux pays de l’Est. Or "ces produits sont davantage faits pour rassurer les utilisateurs que pour leur apporter une véritable protection", reproche-t-il.

Le projet DAVFI se veut en rupture avec l’approche des éditeurs actuels d’antivirus. Mais peu d’informations techniques ont filtré. "Nous ne voulons pas divulguer de détails de peur qu’ils soient repris par les éditeurs étrangers. Nous pouvons juste dire que contrairement aux antivirus actuels, basés des méthodes déterministes de détection des virus, nous mettons en œuvre une méthode probalistique", explique Eric Filiol.

Les antivirus actuels fonctionnent par analyse des signatures, ces empreintes laissées par les virus, et comparaison par rapport à une banque de signatures déjà connues. Le projet DAVFI privilégie lui l’analyse de comportement viral, car tous les virus auraient des méthodes communes d’infection. Autre particularité : le produit sera un logiciel open source, dont le code sera ouvert à la communauté des développeurs pour l’améliorer et le faire évoluer.

Les travaux de recherche et développement démarrent en octobre 2012 et devraient s’achever en septembre 2014 par un démonstrateur. Le produit commercial devrait voir le jour en 2015 et couvrir tous les segments du marché, de la version sur abonnement pour les administrations et entreprises, à la version gratuite pour le grand public.

Sur un marché estimé à 330 millions d’euros en France en 2014, Nov’IT, qui commercialisera l’antivirus (sous un nom non encore défini) espère prendre 15 à 20% du marché français à l’horizon 2016-2017.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

NOTIN

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS