International

Le français Thales modernise 40% des lignes de métro londoniennes

Pierre Monnier , , ,

Publié le , mis à jour le 03/08/2015 À 17H53

Transport for London, l’organisme public des transports en commun londonien, a choisi Thales pour rénover ses lignes de métro. L’entreprise française s’occupera du système de signalisation et de contrôle des trains pour augmenter la rapidité et la fréquence des lignes. Le contrat d’un milliard d’euros prévoit la fin des travaux en 2023.

Thales remporte un nouveau contrat. Déjà présent sur plus de 80 lignes de métro dans le monde, l'entreprise modernisera quatre lignes du métro londonien : Circle, District, Metropolitan et Hammersmith & City (soit 40% du réseau).

Les rénovations porteront sur le système de signalétique et de contrôle des trains. Objectif : plus de rapidité et de fiabilité pour les 1,3 million d’utilisateurs des lignes concernées. 

Moins de retards 

Le maire de Londres, Boris Johnson, s’était fixé une réduction de 30% des retards. Un objectif en passe d’être atteint puisque le réseau sous-terrain enregistre des taux de retard historiquement bas depuis une première rénovation lancée en 2011. Un résultat dont se félicite Nick Brown, le directeur exécutif de London Underground : "Cette modernisation transformera le quotidien de millions de voyageurs, qui profiteront d’un service plus fiable et d’une meilleure fréquence des rames. Comme nous l’avons fait pour la Northern Line [travaux réalisés en 2011 par le canadien Bombardier, ndlr], nous maintiendrons le service pendant les travaux, nous continuerons de l’améliorer et de le fiabiliser jour après jour, en nous appuyant sur les progrès des dernières années qui ont permis d’atteindre un taux de retard historiquement bas sur notre réseau."

Pour l’entreprise française, le contrat de 760 millions de livres sterling, soit environ un milliard d’euros permettra la création ou le maintien de 1 100 emplois et de 60 contrats d’apprentissage, à Londres et dans tout le Royaume-Uni.

Plus de voyageurs 

L’enjeu portera sur la capacité du réseau à prévenir l’augmentation de population de la capitale anglaise qui passera de 8,6 millions d’habitants aujourd’hui à 10 millions d’ici 2030. A la fin des travaux, prévus pour 2023, les rames se succéderont toutes les 2 minutes sur l’essentiel du réseau en centre-ville. Une fois ces quatre lignes modernisées, London Underground s’attaquera aux lignes Piccadilly, Central, Bakerloo et Waterloo & City, en introduisant notamment de nouvelles rames et de nouveaux systèmes de contrôle.

Pierre Monnier 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte