Le français Deinove prévoit de lever 25 millions d'euros

,

Publié le

La start-up française d'écotechnologie Deinove a annoncé ce mardi 3 juin son intention de procéder à une levée de fonds pouvant s'élever à environ 25 millions d'euros. L'entreprise développe notamment des biocarburants et des composants traditionnellement issus de la pétrochimie, grâce à l'action de bactéries sur des déchets non alimentaires.

Le français Deinove prévoit de lever 25 millions d'euros © Novartis AG - Flickr - CC

Deinove a annoncé ce mardi 3 juin son intention de lever près de 25 millions d'euros. L'opération, qui pourrait se traduire pas une augmentation de capital, doit intervenir "prochainement, sous réserve des conditions de marché", a précisé la start-up française d'écotechnologie. Deinove développe notamment des biocarburants et des composants traditionnellement issus de la pétrochimie, grâce à l'action de bactéries sur des déchets non alimentaires.

Cette levée de fonds a pour but de "capitaliser sur l'innovation technologique" et notamment sur "les avancées obtenues au cours des derniers mois en matière de production d'éthanol cellulosique", a indiqué Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. La société, actuellement cotée sur Alternext, envisage également de demander le transfert de ses actions sur Euronext, "afin de bénéficier d'une visibilité accrue" auprès d'investisseurs internationaux.

Partenariat dans le bioéthanol de deuxième génération

Par ailleurs, Deinove a annoncé avoir signé un contrat de collaboration avec Abengoa, un des principaux producteurs mondiaux de bioéthanol, pour le développement du bioprocédé de production d'éthanol à partir de résidus agricoles. Ce nouveau partenaire, qui s'est engagé pour une durée maximale de 36 mois, viendra remplacer le groupe Tereos, qui a mis fin à son partenariat avec la start-up.

Dans la même logique de développement de son biocarburant, Deinove a annoncé mardi avoir signé un contrat de R&D de deux ans avec Suez Environnement pour étudier le potentiel de développement d'une filière industrielle de transformation de déchets urbains organiques en éthanol, grâce aux bactéries cultivées par Deinove.

L'agrocarburant développé par Deinove est dit de deuxième génération, c'est-à-dire issu de la biomasse non comestible (paille, bois, déchets agricoles, etc.). A contrario, l'éthanol de première génération, obtenu à partir de canne à sucre, de maïs, de betteraves, de colza ou de palmier à huile est déjà incorporé à l'essence dans de nombreux pays dans le monde, mais son bilan environnemental est contesté, comme ses conséquences sur l'offre de produits alimentaires.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte