Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le français Asco Industries reprend Ascométal

, , , ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a retenu l'offre du français Asco Industries, écartant la candidature du brésilien Gerdau, l’autre prétendant crédible à la reprise du sidérurgiste français Ascométal.

Le français Asco Industries reprend Ascométal © D.R.

Le patriotisme économique l’aura emporté dans le bras de fer qui opposait depuis début mai les quatre candidats à la reprise d’Ascométal, placé en redressement judiciaire le 7 mars 2014. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a retenu l’offre d’Asco Industries (Sparkling Industry), unique proposition française portée par Frank Supplisson, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde et d’Eric Besson, soutenu par Guy Dollé et Noël Forgeard.

Promesse de 38 millions d'euros de prêt

La CGT et la CFDT soutenaient sans enthousiasme excessif cette offre de reprise d’un montant de 230 million d'euros assortie de la promesse de conserver la totalité des 1 862 emplois du groupe sidérurgiste. Le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg et le président du conseil régional de Lorraine Jean-Pierre Masseret s’étaient également montrés sensibles à l’argument patriotique, promettant respectivement 35 et 3 millions d’euros de prêts à Asco Industries pour soutenir sa décision d’implanter son siège social en France sur le site d’Hagondange (Moselle). Ce choix est certainement dicté par des considérations d’ordre financier, les locaux de l’usine mosellane s’avérant bien moins coûteux qu’un siège social parisien.

"Nous espérons que l’offre retenue permettra d’assurer un avenir à Ascométal. Les investissements prévus sont minimaux et expriment plus une volonté de statu quo qu’une grande ambition et nous nous interrogeons quant à la solidité financière des repreneurs", souligne Jean Wendenbaum, délégué syndical CFE-CGC d’Ascométal à Hagondange.

Une perte de 40 millions d’euros

Les quatre actionnaires individuels – Frank Supplisson, Jacques Schaffnit (actuel président d’Ascométal), Guy Dollé et Noël Forgeard – n’apportent que 10 % des fonds, 80 % des apports provenant de groupes financiers majoritairement étrangers. Ascométal avait affiché fin 2013 une perte de 40 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 608 millions d’euros. Spécialiste des aciers longs spéciaux, le fleuron de la sidérurgie française a vu le volume de ses ventes fondre d’un tiers au cours des trois dernières années.

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle