Le fonds Vine pourrait reprendre EuropaCorp, l'action flambe

PARIS (Reuters) - L'action du studio de cinéma EuropaCorp grimpe en flèche lundi à la Bourse de Paris, dopée par l'éventualité d'une reprise de la société de Luc Besson par le fonds d'investissement Vine Alternative Investments, l'un de ses principaux créanciers.
Partager
Le fonds Vine pourrait reprendre EuropaCorp, l'action flambe
L'action du studio de cinéma EuropaCorp grimpe en flèche lundi à la Bourse de Paris, dopée par l'éventualité d'une reprise de la société de Luc Besson par le fonds d'investissement Vine Alternative Investments, l'un de ses principaux créanciers. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Selon le Journal du Dimanche, le réalisateur a accepté une offre du fonds américain qui prévoit de convertir ses créances, d'environ 100 millions d'euros selon l'hebdomadaire, en titres.

EuropaCorp, qui fait l'objet d'une procédure de sauvegarde ouverte en mai, passerait ainsi sous le contrôle du fonds, qui s'est spécialisé dans les investissements dans les secteurs des médias et du divertissement depuis sa création en 2006.

Cet accord, conclu aux dépens d'une offre de reprise alternative portée par l'exploitant français de salles de cinéma Pathé, doit encore être validé par le tribunal de commerce de Bobigny.

"Le groupe Vine a marqué son intérêt pour une éventuelle prise de participation au capital de la société. Les discussions sont actuellement en cours sur les modalités de cette éventuelle opération et sur le financement du groupe pour l'avenir", a confirmé EuropaCorp dans un communiqué diffusé dimanche soir.

"L'éventuelle mise en œuvre de cette opération suppose notamment la recherche d'un accord avec les prêteurs séniors et la présentation d'un plan de sauvegarde au tribunal de commerce de Bobigny", ajoute le communiqué.

En Bourse, l'action d'EuropaCorp flambe de 30,13% à 1,3 euros en fin de matinée.

Fondé il y a 20 ans par le réalisateur Luc Besson, le studio de production et de distribution de films et de séries a été ébranlé par l'échec de plusieurs productions dont le film à gros budget "Valérian et la Cité des Mille Planètes", censé le relancer après trois exercices successifs de pertes.

Sur les six premiers mois de son exercice décalé 2018-2019, la société a creusé ses pertes nettes qui ont atteint près de 110 millions d'euros.

(Gwénaëlle Barzic, édité par Benoît Van Overstraeten)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS