International

Le fonds souverain saoudien monterait au capital de groupes pétroliers européens, dont Total

, , , ,

Publié le , mis à jour le 09/04/2020 À 08H20

Eni, Equinor, Royal Dutch Shell mais aussi Total. En pleine crise du Covid-19, le fonds souverain d'Arabie saoudite aurait accumulé des participations à hauteur de 1 milliard de dollars dans ces entreprises, selon des informations dévoilées le 8 avril.

Le fonds souverain saoudien monterait au capital de groupes pétroliers européens, dont Total
La demande sur le marché du pétrole est en forte baisse du fait de la crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus Covid-19. /Photo d'archives/REUTERS/Nick Oxford
© Nick Oxford

Le Public Investment Fund (PIF), le fonds souverain d'Arabie saoudite, aurait accumulé des parts dans quatre compagnies pétrolières européennes majeures pour un montant total d'environ 1 milliard de dollars (soit 920 millions d'euros), a rapporté mercredi 8 avril le Wall Street Journal, citant des personnes au fait de la question. D'après le journal, ces quatre sociétés seraient Eni en Italie, Equinor en Norvège, l'entreprise néerlando-britannique Royal Dutch Shell et enfin Total en France.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de ces compagnies. Une source proche des transactions a confirmé ces informations à Reuters sans commenter toutefois le montant de l'acquisition.

Demande du pétrole en forte baisse

Ces acquisitions interviennent alors que la demande sur le marché est en forte baisse du fait de la crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus Covid-19. "Les Saoudiens achètent presque tous les jours depuis quelques semaines, surtout parce que le cours des actions de nombre de ces sociétés était en territoire de correction et que les rendements des dividendes étaient très élevés", a déclaré la source anonyme de Reuters. "Ils achètent parce que tout est beaucoup moins cher et qu'ils sont optimistes quant aux perspectives à long terme des prix du pétrole", a-t-elle souligné.

Le Public Investment Fund (PIF) aurait acquis une participation d'environ 200 millions de dollars (184 millions d'euros) dans Equinor la semaine du 30 mars, plus ou moins au moment où les prix du pétrole ont rebondi. Le Wall Street Journal précise qu'il n'a pas pu déterminer le montant des parts achetées dans les trois autres compagnies. Le total global, a assuré le journal américain, équivaut à environ 1 milliard de dollars.

300 milliards de dollars d'actifs gérés par le PIF

Un représentant saoudien cité par le WSJ a déclaré que des investissements similaires pourraient à nouveau être réalisés dans le futur. "Le PIF s'active de nouveau sur le marché [...]. Je ne serai pas surpris de voir à nouveau d'autres transactions similaires", a-t-il dit.

Le PIF, présidé par le prince héritier Mohamed ben Salman, gère actuellement pour plus de 300 milliards de dollars d'actifs. Plus de la moitié de ses actifs sont saoudiens mais il a aussi d'importants engagements à l'étranger, dont 45 milliards de dollars dans le fonds technologique Vision Fund du japonais Softbank.

Avec Reuters (Kanishka Singh à Bangalore ; version française Jean Terzian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte