Le fonds innovation va pérenniser les financements de la BPI

par Matthieu Protard
Partager
Le fonds innovation va pérenniser les financements de la BPI
La réalité du fonds de 10 milliards d'euros pour l'innovation, promis lors de la campagne présidentielle et que prépare le gouvernement, risque de décevoir la communauté française des "start-uppers" et des chercheurs en technologies du futur. /Photo d'archives/REUTERS/Ints Kalnins

PARIS (Reuters) - La réalité du fonds de 10 milliards d'euros pour l'innovation, promis lors de la campagne présidentielle et que prépare le gouvernement, risque de décevoir la communauté française des "start-uppers" et des chercheurs en technologies du futur.

D'après les propos tenus jeudi par Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, l'aide à l'innovation devra se contenter de quelque 200 millions d'euros chaque année, qui viendront des recettes générées par le fonds pour l'innovation.

L'affectation de ces 200 millions d'euros fait toujours l'objet de discussions au sein du gouvernement, selon des sources proches du dossier, qui précisent que ces recettes pourraient servir à couvrir les besoins de Bpifrance pour le financement de l'aide à l'innovation, voire les compléter.

"Il y a toujours des discussions en cours. Rien n'est arrêté", prend soin de souligner à Reuters l'une des sources.

"Les arbitrages n'ont pas encore été rendus", confie une autre source. "C'est flou pour tout le monde."

A l'heure où les géants américains du numérique Google, Apple, Facebook et Amazon investissent massivement dans l'intelligence artificielle, la promesse d'un fonds de 10 milliards d'euros a nourri beaucoup d'espoirs pour permettre à la France de rattraper son retard technologique.

Mais les 200 millions d'euros désormais évoqués risquent de paraître bien dérisoires au vu de ce qu'un pays comme la Chine compte investir dans l'intelligence artificielle, à savoir 13,5 milliards d'euros sur trois ans.

SANCTUARISER ET PÉRENNISER LES RESSOURCES

La déception pourrait être encore plus grande si le gouvernement décidait in fine d'utiliser les recettes du fonds pour remplacer les dotations budgétaires dont Bpifrance a besoin.

"L'objectif du fonds est de sanctuariser et pérenniser les ressources nécessaires au financement de l'aide à l'innovation de Bpifrance", explique à Reuters une source.

"Cette activité d'aide à l'innovation consomme chaque année entre 190 et 210 millions d'euros en dotations budgétaires", poursuit cette source. "Mais au cours des quinquennats précédents, cette ligne budgétaire a eu tendance à baisser."

Deux cents millions d'euros, c'est précisément le montant de ressources dont Bpifrance estime avoir besoin pour financer l'aide à l'innovation.

"Pour bien tenir la structure même du financement de l'innovation français, il nous faut au moins 200 millions d'euros par an", a d'ailleurs déclaré le 20 septembre Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance, lors d'une audition par la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

"TOUR DE PASSE-PASSE"

Créée en 2012 après l'élection de François Hollande à l'Elysée, la banque publique d'investissement a vu ses dotations budgétaires s'éroder au fil du temps pour passer de 250 millions d'euros à 136 millions, comme l'a expliqué Nicolas Dufourcq devant la commission.

Le 13 septembre, lors d'une précédente audition organisée par la commission des Finances, la députée Valérie Rabault (Nouvelle Gauche) avait qualifié le projet de fonds pour l'innovation de "tour de passe-passe".

Pour "sanctuariser" les ressources allouées à l'aide à l'innovation, Nicolas Dufourcq avait défendu en 2015 l'idée d'une fondation pour l'innovation. Il avait à l'époque suggéré de l'abonder à hauteur de 7 milliards d'euros, puisés dans les portefeuilles de l'Agence des participations de l'Etat (APE) et de Bpifrance.

"On pourrait placer 7 des 110 milliards (des portefeuilles de l'APE et de Bpifrance, NDLR) dans une fondation – la fondation pour l'innovation – qui gérerait cet actif, recevrait les dividendes et injecterait chaque année 200 millions dans le financement des aides à l'innovation", avait-il alors expliqué lors d'une audition retranscrite dans un rapport d'information de l'Assemblée nationale de 2015.

TRANSFÉRER DES PARTICIPATIONS ?

Ces derniers mois, le ministère de l'Economie et des Finances a dit à plusieurs reprises que le fonds pour l'innovation serait alimenté par des cessions de participations de l'Etat.

Mais les sources proches du projet indiquent que de simples transferts de participations, génératrices de dividendes, pourraient avoir lieu.

"Lors de la campagne, ce montant de 10 milliards correspond à ce qui a été identifié comme liquide, facilement cessible dans le portefeuille des participations de l'Etat, c'est-à-dire par exemple sans contrainte de changement de loi", explique une des sources à Reuters.

La gestion financière du fonds pourrait être confiée à Bpifrance ou déléguée à des gestionnaires d'actifs, selon cette même source.

En 2016, la banque publique d'investissement a accordé 1,5 milliard d'euros de financement à l'innovation, dont 191 millions en fonds propres.

(Avec Gwénaëlle Barzic, Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey, édité par Dominique Rodriguez)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

74 - Annecy

Services d'assurances

DATE DE REPONSE 16/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS