Le fonds HIG reprend 3 usines de Rio Tinto Alcan

Comme nous l'avions déjà annoncé, un investisseur financier s'apprête à racheter trois usines françaises du groupe Rio Tinto Alcan issues de sa branche alumines de spécialités. Selon nos informations, confirmées par le syndicat FO, il s'agit du fond d'investissement HIG European Capital Partners.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le fonds HIG reprend 3 usines de Rio Tinto Alcan
Usine de la Bathie, en Savoie

Alors que Rio Tinto vient d'annoncer la cession prochaine de ses activités dans le diamant, le groupe s'apprête à se délester de ses activités d'alumines de spécialités. Un positionnement en phase avec ce que le groupe avait prévu depuis le mois de juin 2011. Il concerne, comme nous l'avons annoncé en exclusivité vendredi dernier, trois usines en France et près de 700 emplois : Gardanne (Bouches-du-Rhône), La Bâthie (Savoie) et Beyrède (Hautes-Pyrénées). Une autre usine en Allemagne est aussi concernée, celle de Teutschenthal.

Le nom du repreneur doit être officialisé mercredi 28 vers midi au cours d'un comité central d'entreprise à Voreppe (Isère). Mais Joël Giraud, représentant syndical FO de Rio Tinto Alcan, a confirmé nos informations à l'AFP peu avant. Le repreneur est donc le fonds d'investissement HIG European Capital Partners qui a proposé une offre ferme de rachat de 100% des parts. Ce "private equity" a investi dans pas moins de 200 petites et moyennes entreprises, souvent industrielles (aérospatiale, construction, chimie, santé, énergie), et possède aujourd'hui plus de 7 milliards d'euros de fonds sous gestion.

Aucune mention sur le maintien de l'emploi

Dans son offre, HIG affiche l'ambition de développer l'activité en lançant de nouveaux produits, en renforçant les capacités de R&D et en améliorant sa compétitivité. Le fonds assure également vouloir s'appuyer sur les compétences et les savoir-faire des salariés. Mais aucune mention n'est faite sur le maintien de l'emploi, une préoccupation majeure pour le personnel qui voit peu à peu se déliter l'ex Pechiney.

Cette cession intervient alors que Rio Tinto Alcan étudie également une vente de son site historique de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie). Le groupe minier et EDF ne sont apparemment pas parvenus à un accord sur le renouvellement du contrat de fourniture d'électricité qui expire en 2014. En ajoutant à cela la cession imminente de l'alumines de spécialités, l'avenir de la production d'aluminium en France, malgré son caractère stratégique, semble bien incertain…

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS