Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Le fonds d'infrastructure panafricain Africa50 officiellement constitué à Casablanca

, ,

Publié le

Dédié aux infrastructures sur le continent, Africa50, un fonds d'investissement, a été lancé officiellement le 29 juillet à Casablanca. Près d'un milliard de dollars a été apporté par 17 pays africains. Mohamed Boussaid, ministre des finances du Maroc a été élu président du conseil.

Le fonds d'infrastructure panafricain Africa50 officiellement constitué à Casablanca
Mohamed Boussaid, ministre des finances du Maroc a été élu président du conseil.
© DR

C'est un bon signe du réveil de l'Afrique. A l'initiative de la Banque africaine de développement (BAD), 17 pays africains ont formé une cagnotte de près d'un milliard de dollars d'investissement dans le cadre d'Africa50, appelé à devenir un des plus importants du continent africain.

L'acte de naissance du fonds a eu lieu au Hyatt Regency de Casablanca le 29 juillet. Celui-ci devra bénéficier du label Casablanca Finance City, la place financière marocaine.  

financement de projets d’infrastructures

Ce montant est cependant trois fois moindre que celui prévu en 2013 lors de la tenue de l’assemblée générale annuelle de la BAD à Marrakech.

Une vingtaine de pays africains ont d'ores et déjà souscrits à ce fonds. Le Congo s'est engagé à hauteur de 200 millions de dollars, le Maroc pour 100 millions de dollars et l'Egypte pour 100 millions de dollars.

Composé des ministres des finances des pays fondateurs, le conseil d'Africa50 a élu président du conseil des gouverneurs du fonds, Mohamed Boussaid, ministre marocain des finances pour une année qui a précisé par ailleurs qu'Africa50 est "une initiative africaine, portée par les africains, pour les africains".

Africa50 sera réservé au financement de projets d’infrastructures sur le continent noir dans les secteurs de l'énergie, du transport, de l'eau ainsi que des TIC. Il s’appuiera  sur les marchés des capitaux ainsi que sur les institutions financières internationales pour lever des fonds.

En Afrique, "les besoins de financement en terme d’infrastructures s’élèvent actuellement à plus de 50 milliards de dollars. Africa50 a été créé pour couvrir ce gap" a indiqué à la presse Donald Kaberuka économiste rwandais, initiateur du projet et président sortant de la BAD. A cet effet, il est prévu en décembre prochain une assemblée générale extraordinaire afin d’accueillir d'autres actionnaires. Il reste notamment au fonds à désigner son management. Il compte à cet effet lancer un appel à candidatures ces prochains jours.
Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle