Quotidien des Usines

Le fonctionnement des incinérateurs du Syctom parisien reprend progressivement

, , , ,

Publié le

Les sept incinérateurs de déchets des trois usines du Syctom parisien sont progressivement remis en service suite à la réquisition des personnels en grève depuis le 23 janvier 2020.

Le fonctionnement des incinérateurs du Syctom parisien reprend progressivement
Depuis l’arrêt des fours des trois unités de valorisation énergétique ce sont quelque six mille tonnes d’ordures ménagères résiduelles de 85 communes d’Île-de-France, dont Paris, qui n’ont pu être normalement incinérées.
© Myrtille Delamarche

A l’arrêt depuis le 23 janvier 2020 suite à un mouvement de grève, les incinérateurs des trois unités de valorisation énergétique du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets de la métropole parisienne, sont progressivement remis en service suite à la réquisition du personnel.

"Les deux fours d’Isséane, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ont été rallumés dès le 5 février et nous avons entamé les travaux préparatoires pour le rallumage des fours d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) dont nous prévoyons la reprise progressive du fonctionnement à partir du 9 février", a expliqué une porte-parole du Syctom.

Un préavis de grève a été lancé le 23 janvier 2020 par le syndicat CGT. Reconduit pour une semaine le 27 janvier puis à nouveau le 3 février et cette fois pour cinq jours, ce débrayage paralyse donc depuis deux semaines le fonctionnement des sept fours des trois établissements d’incinération du Syctom.

Arrêté de réquisition

Face aux risques que ce blocage fait courir en termes de salubrité, Jacques Gautier, président du Syctom, avait sollicité des arrêtés de réquisition des personnels grévistes.

"Le préfet de région et le préfet de police ont pris deux arrêtés de réquisition du personnel nécessaire pour permettre, d’une part, le libre accès des bennes sur les trois usines et le transfert des ordures ménagères vers des centres d’enfouissement et, d’autre part, la remise en service des fours d’Isséane", poursuit la porte-parole.

Depuis l’arrêt des fours des trois unités de valorisation énergétique ce sont quelque six mille tonnes d’ordures ménagères résiduelles de 85 communes d’Île-de-France, dont Paris, qui n’ont pu être normalement incinérées. Pour pallier au problème le Syctom a dû, chaque jour, faire procéder à l’enfouissement de 5 000 tonnes de déchets.

Pour autant a tenu à préciser le Syctom "les déchets accumulés sur les trottoirs à Paris sont eux imputables à un mouvement de grève des éboueurs parisiens".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte