Le FMI relève sa prévision de croissance mondiale pour 2010

par James Pomfret et Kelvin Soh

Partager

HONG KONG (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance mondiale 2010, invoquant la solidité de l'économie en Asie et la hausse de la demande privée aux Etats-Unis, tout en mettant en garde contre les risques inhérents à la crise de la dette souveraine de la zone euro.

Les risques baissiers ont considérablement augmenté, surtout en raison des turbulences qui secouent à nouveau les marchés financiers depuis le début de la crise de la dette souveraine, mais il est peu probable qu'on assiste à une récession en "W", dit le FMI.

Il porte sa prévision de croissance mondiale à 4,6%, alors qu'il prédisait 4,2% en avril dernier, mais la laisse inchangée à 4,3% pour 2011.

"Dans notre prévision de base, il n'y a rien qui ressemble à une récession en 'W'", a déclaré Olivier Blanchard, chef économiste du FMI lors de la présentation du document.

"Dans ce contexte, la nouvelle prévision repose sur la mise en oeuvre de mesures destinées à rebâtir la confiance et la stabilité, notamment dans la zone euro."

Olivier Blanchard a souligné que la communication des résultats des tests de résistance était une étape vers davantage de transparence tout en insistant sur la nécessité d'un retour des dépenses publiques à des niveaux viables.

L'AUSTÉRITÉ PÈSERA EN GRANDE-BRETAGNE

Selon l'un des scénarios étudiés par le FMI, qui repose sur l'hypothèse de conséquences de la crise de la dette souveraine européenne aussi violentes que celles de l'effondrement de Lehman Brothers, la croissance du PIB mondial serait réduite de 1,5 point de pourcentage en 2011.

La fragilité persistante aux Etats-Unis des marchés de l'emploi et du logement, les difficultés de la zone euro et le ralentissement de l'activité manufacturière en Asie ont soulevé de nombreuses questions chez les investisseurs qui s'interrogent sur l'éventualité d'un ralentissement soudain de la croissance pour ce qui reste de l'année.

Le FMI a abaissé jeudi ses prévisions de croissance pour 2011 en Grande-Bretagne, au Canada, dans la zone euro, les économies émergentes et le Japon.

Selon les prévisions du FMI, la croissance du PIB de la zone euro sera limitée à 1% cette année, conformément à ce qu'il anticipait en avril, mais elle devrait ressortir à 1,3% en 2011, 0,2 point de pourcentage de moins que ce qui était annoncé auparavant.

La croissance américaine devrait, elle, s'inscrire à 3,3% en 2010, contre une estimation à 3,1% il y a trois mois, et à 2,9% en 2011, contre 2,6%.

La révision la plus brutale annoncée jeudi est à mettre au passif de la Grande-Bretagne dont le nouveau gouvernement a entamé une cure d'austérité qui risque d'affecter la croissance.

Le FMI table sur une croissance britannique de 1,2% en 2010, 0,1 point de pourcentage de moins qu'en avril, et sur 2,1% en 2011, un recul de 0,4 point de pourcentage.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS