Le FMI estime que l'Espagne manquera ses objectifs de déficit

MADRID (Reuters) - L'Espagne manquera ses objectifs de déficit budgétaire en 2012 et 2013 et son endettement dépassera la barre des 90% du produit intérieur brut en raison de la recapitalisation du secteur bancaire, estime le Fonds monétaire international.

Partager

Le déficit devrait atteindre 7% du PIB en 2012 puis 5,7% en 2013, à comparer à des objectifs de respectivement 6,3% et 4,5% convenus avec l'Union européenne, indique le FMI dans un point sur la situation budgétaire de l'Espagne.

L'Espagne a remplacé la Grèce, le Portugal et l'Irlande comme épicentre de la crise de la dette dans la zone euro après avoir manqué de loin son objectif de budget en 2011.

Le gouvernement s'est engagé à redresser les finances publiques mais les difficultés financières des régions et la recapitalisation du secteur bancaire rendue nécessaire par l'éclatement de la bulle immobilière lui compliquent la tâche.

Madrid a avancé la semaine dernière une estimation de 7,4% pour le déficit en 2012, mais ce chiffre inclut des éléments ponctuels liés à la recapitalisation des banques que la Commission européenne a accepté de ne pas prendre en compte.

La CE publiera le 7 novembre ses prévisions économiques actualisées.

Le ministre de l'Economie, Luis de Guindos, a réitéré que l'Espagne atteindrait ses objectifs et il a ajouté que des mesures additionnelles n'étaient pas nécessaires.

Le projet de budget 2013 du gouvernement espagnol est fondé sur une hypothèse de croissance de 0,5%, alors que le FMI prévoit une récession de 1,3% sur l'ensemble de l'année prochaine.

Le FMI s'attend à ce que le ratio dette/PIB atteigne 90,7% en 2012 et 96,9% en 2013, et ajoute que le déficit budgétaire ne reviendra pas sous la barre des 3% du PIB avant 2017.

Ces prévisions prennent pour hypothèse l'utilisation complète de la ligne de crédit de 100 milliards d'euros que l'Espagne a obtenue auprès de ses partenaires européens pour recapitaliser le secteur bancaire.

Madrid n'entend puiser que 40 milliards d'euros dans ce fonds de secours, ce qui d'après le gouvernement porterait le niveau d'endettement à 84,7% du PIB en 2012 puis 90,9% en 2013.

Julien Toyer, Véronique Tison pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS