Quotidien des Usines

Le filateur Mossley cherche repreneur

Publié le

Social

Le numéro un français de la production de fil, trame et maille pour les industries de la maille et de l'ameublement, Mossley Badin & Mossley Sartel (holding Mossley), dont le siège social se trouve à Barentin en Seine-Maritime, a été mis en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Rouen.

Cette décision, qui menace 330 emplois environ répartis dans cinq entités respectivement établies en Seine-Maritime (une unité, près du siège), dans les Vosges (deux sites) et dans le Nord (deux sites), est toutefois assortie d'une continuité d'activités avec un délai de six mois pour trouver un repreneur.

Une autre filiale de ce groupe (SARL Hellemmes), dont les 123 salariés n'ont toujours pas touché leurs indemnités liées au plan social, avait déjà fermé ses portes en juin 2001 dans le Nord. Fin janvier, le tribunal de commerce de Lille a d'ailleurs enjoint le groupe textile à appliquer le plan social, en versant aux salariés la prime de licenciement exceptionnelle de 12 200 euros prévue. Assigné par le liquidateur judiciaire, le groupe, qui aurait dû verser le premier tiers de cette prime avant le 31 décembre dernier, a également été condamné à verser 30 500 euros de dommages et intérêts au liquidateur, Maître Perrin, qui l'avait assigné en référé.

« Compte tenu de l'effet ciseaux lié, d'une part, à la pression sur les prix exercée par nos principaux clients, et, d'autre part, aux exigences sociales, en particulier la mise en place des 35 heures, il est devenu incontournable aujourd'hui de produire en dehors des pays de l'Europe des Quinze. Nous comptons donc poursuivre l'internationalisation de notre production, principalement par reprise de filatures et tissages existants, pour arriver à 50 % de notre production annuelle, qui est actuellement de 21 000 tonnes de fils et de 12 millions de mètres linéaires de tissus », expliquait déjà, en septembre dernier, Dominique Meillassoux, P-DG du groupe Mossley (par ailleurs, président de la Fédération française de l'industrie cotonnière et vice-président de l'Union des industries textiles), au quotidien Les Echos.

Patrick BOTTOIS

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte