le fait marquant de 2006La crainte d'une bulle

, ,

Publié le

L'augmentation de la taille des cibles et le volume croissant de dette imposé aux sociétés en LBO* ont ouvert le débat sur le poids du capital-investissement.

"L'éléphant ne peut plus se cacher derrière l'arbre », reconnaît l'espagnol Javier Loizaga, porte-parole du capital-investissement européen et patron du fonds ibérique Mercapital. Un constat dressé à regret tant l'ensemble de la profession se serait passé du coup de projecteur porté cette année sur son activité. La multiplication des « méga » ou « jumbo-deals », sur des sociétés dont la valeur dépasse le milliard d'euros, n'y est pas étrangère. En France, les opérations sur Cegetel, TDF, Europcar, PagesJaunes, UPC-Noos ont fait exploser le record des fonds investis. Constat identique dans le reste du monde. Outre-Atlantique, où Hospital Corporation of America et le promoteur Equity Office ont été repris pour plus de 30 milliards de dollars, et jusqu'en Australie où la compagnie aérienne Qantas a été emportée pour 8,7 milliards de dollars.

un volume de dettes multiplié par deux

Le marché français a aussi été alimenté par les groupes, appliqués à faire le ménage dans leurs filiales. Lafarge a cédé sa toiture, Cadburry sa division boisson (Orangina, Schweppes), Sara Lee son textile (Dim), Heinz ses produits de la mer (Petit Navire), Eiffage ses parkings, Accor ses agences Carlson Wagon-lits, Amec sa branche française Amec-Spie, Novartis sa division Nutrition et Santé, etc. Chaque fois, les banques se sont empressées d'ouvrir la vanne du crédit. Ainsi sur les neuf premiers mois de 2006, près de 82,5 milliards de dette LBO ont été émis en Europe, soit le double de l'entière année 2004.

Mais 2006 aura aussi été marquée par ces petits arrangements entre actionnaires professionnels qui conduisent à un deuxième ou troisième LBO : Materis, Souriau, Eau Ecarlate, Afflelou, La Croissanterie, Préfilaction, Nocibé, Interflora, Sebia, Cerba, Gerflor. Un phénomène qui participe à l'augmentation des valorisations. Le prix moyen des sociétés en LBO a ainsi atteint un multiple de 9,4 fois l'excédent brut d'exploitation contre une moyenne de 7 fois il y a quelques années. « Et plus les opérations sont grosses, plus la dette est importante et peut atteindre des ratios de fonds propres sur dette de un pour trois », insiste Agnès Nahum, associée d'Access Partners, dont l'activité consiste à sélectionner des fonds d'investissements pour des clients investisseurs institutionnels.

Cette hyperactivité des fonds a commencé à semer le doute. Recours exagéré à la dette, entente illicite sur le prix des sociétés, mainmise sur des fleurons nationaux. Le capital-investissement qui revendique son rôle d'accélérateur de croissance pour l'entreprise est dénoncé comme créateur de richesse pour un petit nombre de bénéficiaires. Comme pour ces patrons français en LBO qui se sont souvent partagé des centaines de millions d'euros de plus-values à la revente de leur société.

Mais l'inquiétude principale porte sur le poids de la dette qui pèse sur les sociétés en LBO. « La Bourse a monté. Les matières premières ont continué à flamber. Les réserves mondiales de liquidités sont au plus haut et alimentent aussi logiquement le capital-investissement », se défendent les professionnels. Certes, mais si la conjoncture devient moins favorable, si la croissance se grippe sur plusieurs secteurs, des dizaines de sociétés en LBO peuvent s'avérer incapables de rembourser leur dette. Une quarantaine d'entre elles seraient actuellement dans des situations assez tendues pour entraîner l'ouverture d'une procédure judiciaire. Elles intéressent d'ailleurs de près les fonds d'investissements spécialisés dans les situations spéciales. Encore en embuscade, ces fonds de retournement, aujourd'hui discrets, pourraient à leur tour se retrouver, en 2007, en pleine lumière. .

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte