Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le fabricant de roues AR Industries à Châteauroux intéresse l'anglais Gupta family group

, , ,

Publié le

Liberty House, filiale de l'anglais GFG (Gupta family group), a déposé une offre ferme au tribunal de commerce d’Orléans pour reprendre le fabricant de jantes auto AR Industries basé à Diors (Indre), qui compte 390 salariés.

Le fabricant de roues AR Industries à Châteauroux intéresse l'anglais Gupta family group © Nissan

L'anglais GFG (Gupta family group), contrôlé par l'homme d'affaires indien Sanjeev Gupta, a déposé une offre au tribunal de commerce d'Orléans (Loiret) pour reprendre le fabricant de jantes auto AR Industries basé à Diors, près de Châteauroux (Indre), via sa filiale industrielle Liberty House. En redressement judiciaire depuis le 16 janvier, le dernier fabricant français de roues de voitures, intéresse quatre industriels, dont GFG, et un groupe financier.

GFG, contrôlé par l'homme d'affaires indien Sanjeev Gupta, est un conglomérat de 12 500 personnes, présent dans l'industrie, l'énergie, et les aciéries. C'est ce même industriel qui propose la reprise d'une fonderie Rio Tinto, ex-Péchiney, à Dunkerque, depuis janvier dernier. Dans un communiqué, Sanjeev Gupta estime que la reprise d'AR Industries serait "une étape majeure" pour son implantation en France, au sein d'un réseau industriel mondial.

GFG propose de reprendre 380 des 390 salariés du site de  Diors, en périphérie de Châteauroux (Indre). L'offre serait toutefois suspendue à des engagements de commandes des principaux clients de l'usine, à savoir l'alliance Renault Nissan et PSA.

Un autre candidat chinois

Si la reprise se concrétise, GFG annonce un investissement d'1,4 million d'euros dès 2018, puis une mise à niveau de l'outil industriel de 2 millions par an.

AR Industrie, ex-Française de Roues, est actuellement contrôlée par le holding de Thierry Morin, ancien dirigeant de Valeo.

La prochaine audience du tribunal de commerce d’Orléans devait intervenir avant fin avril. Mais d'autres candidats seraient intéressés par la reprise, dont le chinois Dicastal, qui fabrique aussi des jantes. Leurs représentants ont demandé au tribunal une prolongation de la période de dépôt des dossiers.

En février, la période d’observation a été prolongée jusqu’au 16 juillet.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle