Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le fabricant de remorques et bennes poids-lourds Kaiser en liquidation judiciaire

, , ,

Publié le , mis à jour le 21/10/2016 À 15H31

La liquidation du fabricant de remorques et bennes poids-lourds Kaiser à Longuyon (Meurthe-et-Moselle) a été prononcée le 19 octobre 2016. Cette décision met un terme aux ambitions du niçoise Re-Mec qui avait repris l’industriel il y a deux ans à la barre du tribunal.

Le fabricant de remorques et bennes poids-lourds Kaiser en liquidation judiciaire © D.R.

En trois ans, le fabricant de remorques et bennes poids-lourds Kaiser à Longuyon (Meurthe-et-Moselle) a enchaîné les changements de propriétaires et périodes de redressement. Ces difficultés ont atteint leur apogée avec la liquidation judiciaire prononcée le 19 octobre 2016 par le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle).

Cette décision était attendue par les salariés du site repris à l’automne 2014 à la barre du tribunal par la société niçoise Re-Mec. Ses dirigeants, Nunziato Mastroeni et Tiziana Bisetto, soutenus par un pool bancaire avaient conservé à l’époque 95 des 113 salariés. Le nouvel actionnaire qui employait une vingtaine de personnes dans des activités d'importations de semi-remorques avait également repris la société ACTM de Montélimar (Drôme). Il avait  annoncé pour 2015 une production globale de 420 unités pour ses deux sites.

"Nous nous attendions à cette liquidation depuis l’arrivée des repreneurs en 2014. C’était des amateurs et non des industriels. Nous avons petit à petit perdu nos clients et notre réseau de concessionnaires a été mis à sac," déplore une représentante des salariés sous couvert d’anonymat.

Ces derniers mois la tension étaient montée d’un cran entre les salariés et le repreneur. Endetté vis-à-vis de l’Urssaf, Kaiser avait obtenu le 25 février 2016 une période de redressement judiciaire de six mois. Dans le même temps, les salariés avaient saisi le tribunal des prud’hommes de Longwy pour un retard de paiement de salaire.

Philippe Bohlinger
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle