Economie

Le fabricant de meubles en kit Parisot en procédure de sauvegarde

, , , ,

Publié le

Propriété du holding Windhurst Industrie, le groupe de meubles Parisot principalement implanté en Haute-Saône, s’est placé hier en procédure de sauvegarde. Sa filiale Manufacture Vosgienne de Meubles à Mattaincourt dans les Vosges est en cessation de paiement. Le tribunal de commerce d’Épinal doit statuer mercredi 7 novembre après-midi sur les modalités d’un redressement judiciaire.

Le fabricant de meubles en kit Parisot en procédure de sauvegarde
Site Meubles Parisot de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône)
© Traces Ecrites

Le groupe Parisot et ses deux filiales en Haute-Saône, la SAS Parisot à Saint-Loup-sur-Semouse (650 salariés) et la Compagnie Française du Panneau (CFP) à Corbenay (210 salariés) ont été placées en procédure de sauvegarde pour une période de six mois par le tribunal de commerce de Vesoul, mardi 6 novembre.

Le troisième site de production français, à Mattaincourt dans les Vosges (388 salariés), qui fabrique notamment des cuisines, s’est quant à lui déclaré en cessation de paiement. Le tribunal de commerce d’Épinal doit statuer mercredi 7 novembre après-midi sur les modalités d’un redressement judiciaire. Depuis le début du mois, l’usine vosgienne avait instauré du chômage partiel pour 83 salariés. La perte d’un client "historique" en serait la raison.

Les représentants des salariés des usines haut-saônaises se disent "très inquiets", même si leur situation semble moins préoccupante que celle de leurs collègues vosgiens. Ce mercredi matin, ils attendaient la désignation de l’administration judiciaire, fort probablement le même que pour la filiale de Mattaincourt afin de connaître les intentions de la direction. "Nous ne voulons pas évoquer les raisons des difficultés surtout par voie de presse pour ne pas perturber les négociations qui vont démarrer avec les procédures légales", affirme le représentant syndical de l’usine de Saint-Loup-sur-Semouse, commune qui abrite également le siège du groupe.

Le fabricant de meubles en kit (2 100 salariés avec trois unités de production en France et deux en Roumanie) qui a pour actionnaire de référence le holding Windhurst Industrie depuis février 2011, prévoit un chiffre d’affaires en baisse, de 210 millions d’euros en 2012 contre 278 millions d’euros l’an dernier. Il avait annoncé en septembre dernier un programme d’investissement de 30 millions d’euros sur trois ans pour améliorer la productivité de ses usines françaises.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte