Le fabricant de linge de maison Garnier-Thiebaut confronté aux difficultés de l’hôtellerie de luxe américaine

La maison Garnier-Thiebaut à Gérardmer (Vosges) estime que la décision de Donald Trump de restreindre les voyages en provenance d’Europe, réduit sa capacité à accompagner ses clients hôteliers durement touchés par la chute du tourisme outre-Atlantique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le fabricant de linge de maison Garnier-Thiebaut confronté aux difficultés de l’hôtellerie de luxe américaine
Le fabricant de linge de maison Garnier-Thiebaut va pâtir de l'interdiction de voyager aux Etats-Unis.

Depuis son siège de Gérardmer (Vosges), le fabricant de linge de maison haut-de-gamme Garnier-Thiebaut administre une filiale ainsi qu’un atelier de confection aux Etats-Unis, pays où il emploie 50 personnes. La manufacture textile de 220 salariés au total est directement concernée par la décision prise mercredi 11 mars par Donald Trump de restreindre les voyages en provenance d'Europe. Sa clientèle outre-Atlantique génère la moitié du chiffre d’affaires de l’entreprise, soit 18 millions d’euros de ventes en 2019.

Contraint d’annuler les voyages de ses collaborateurs, Paul de Montclos, le président de Garnier-Thiebaut, s’inquiète des conséquences d’une chute de la fréquentation touristique liée à la pandémie de coronavirus pour l’hôtellerie de luxe américaine. "Nous sommes contraints de rassurer et encore rassurer notre clientèle aux Etats-Unis qui s’inquiète de l’impact de l’épidémie et des mauvais signaux envoyés par Donald Trump. Nous devrions pouvoir être aux côtés des hôteliers américains dans cette période difficile, car ce sont eux qui souffrent davantage que nous. Le secteur y a une autre dimension qu’en France, avec des frais de structure extrêmement lourds. Or les établissements américains voient leur clientèle dénoncer les contrats notamment suite à l’annulation de congrès d’affaires. Les grandes chaînes avec lesquelles nous collaborons nous demandent de ralentir les cadences de livraison ou encore d’étaler les paiements. Ce ne sont pas des points qui se règlent aisément à distance".

L’activité de la PME vosgienne, totalement intégrée depuis le tissage jusqu’à la distribution en passant par l’ennoblissement, ne pâtirait pas pour le moment de la pandémie. Ses résultats auraient été plutôt positifs en janvier, avant d’enregistrer un ralentissement en février. Le dirigeant de l’entreprise labellisée "Entreprise du patrimoine vivant", se dit davantage préoccupé par les conditions de la reprise que devra gérer Garnier-Thiebaut au lendemain de la pandémie, avec une probable hausse des commandes. "Le monde des affaires n’aime pas les chocs brutaux", conclut-il.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS