Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le fabricant de cabines Tim annonce 125 licenciements à Quaëdypre

, , ,

Publié le

La direction du groupe allemand Fritzmeier a annoncé le licenciement de 125 salariés de son usine française Tim, basée à Quaëdypre (Nord), près de Dunkerque. Cette société est spécialisée dans la fabrication de cabines pour engins de chantier et de manutention.

Le fabricant de cabines Tim annonce 125 licenciements à Quaëdypre © CC Wikimedia

Le groupe familial allemand Fritzmeier a annoncé un plan social dans son usine française Tim portant sur "une centaine d’emplois". Selon le syndicat FO, cela devrait se traduire par la suppression de 125 emplois sur un effectif total de 630 salariés.

Dans son communiqué, le groupe précise que "TIM fait face à une baisse importante et durable des commandes de ses clients, en raison notamment de la délocalisation de leur production comme de l’internalisation de la fabrication des cabines par les constructeurs d’engins. Cette situation a pour conséquence des pertes qui ne laissent pas d’autre choix à TIM que d’adapter sa capacité de production". Le détail du plan social sera présenté au comité d’entreprise vers la mi-mai.

L’usine, basée à Quaëdypre (Nord), près de Dunkerque, est spécialisée dans la fabrication de cabines pour engins de chantier et de chariots élévateurs. Ses clients sont Caterpillar – principal client -, Manitou, Volvo, Hitachi ou encore JCB. Elle a été créée en en 1948 par Maurice Timmermann - d’où le nom de la société - puis reprise par le groupe familial allemand Fritzmeier en 1991.

Un chômage technique en 2015

L’annonce de plan social s’inscrit dans un climat social perturbé depuis 2014. Les syndicats avaient lancé en mars dernier un mouvement de débrayage pour revendiquer une augmentation de salaire et des aménagements du temps de travail.

A la fin 2015, la direction de l’usine, évoquant une forte baisse de l’activité liée à la stagnation des marchés publics du BTP, avait mis en place une période de chômage technique du 16 décembre au 4 janvier, ainsi que durant tous les vendredis du mois janvier 2016. Fait particulier : la société Tim n’a pas profité de l’arrivée en septembre 2015 à quelques kilomètres de son site de production du japonais Kubota : ce denier fait venir directement du Japon l’ensemble des pièces nécessaires à ses tracteurs. 

Après avoir dû appliquer des mesures de chômage technique en 2009 et 2010, suite à la crise de 2008, l’usine Tim a réalisé en 2012 sa meilleure année, avec un chiffre d’affaires de 176 millions d’euros, soit 10 millions d’euros de plus que celui de 2008. Sa production avait atteint les 50 000 cabines et les effectifs avaient été portés à 900 salariés (intérimaires inclus). Depuis, la situation s’est régulièrement dégradée. Sur l’exercice 2015, Tim a annoncé un chiffre d’affaires de 123 millions d’euros et un cumul de dettes atteignant 41 millions d’euros.

Francis Dudzinski

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus