Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le fabricant d'hélicoptères Guimbal, PME de l'année

, ,

Publié le , mis à jour le

Dans un secteur chahuté, Guimbal, fabricant d’hélicoptères, fait preuve d’un dynamisme insolent. Et s’apprête à changer de dimension.

Le fabricant d'hélicoptères Guimbal, PME de l'année
Bruno Guimbal
© MATHIEU Geoffroy

À croire que les plus légers sont davantage aptes à traverser la tempête. Alors que les grands industriels du secteur des hélicoptères s’enfoncent dans les limbes, principalement à cause d’une moindre demande d’un secteur parapétrolier plombé par la chute du prix du pétrole, Hélicoptères Guimbal fait montre d’une vitalité surprenante. La PME de 85 salariés, nichée contre l’aérodrome d’Aix-Les Milles (Bouches-du-Rhône), fait mieux que résister. Elle prospère. Son chiffre d’affaires va passer le cap des 20 millions d’euros en 2016, contre 14,6 en 2015 et 9,2 en 2014. Soit un doublement du chiffre d’affaires, couplé à une rentabilité à deux chiffres. La production est orientée à la hausse, avec 55 appareils assemblés en 2016, 12 de plus qu’en 2014, malgré le trou d’air historique du secteur. Certes, la recomposition en cours du capital – la PME est en passe d’acquérir son indépendance –, ainsi que la conjoncture, décale son projet de nouvelle usine à 6 millions d’euros, probablement à Aix-Les Milles. Mais elle verra bien le jour d’ici à 2018. La production passera du monde artisanal à celui de l’industrie.

Un lancement en pleine crise

Derrière ce succès, un patron charismatique : ­Bruno ­Guimbal, 57 ans, sorti de l’Ensam et de l’École supérieure des techniques aérospatiales. Après dix-huit ans passés chez Airbus Helicopters, il crée Hélicoptères Guimbal en 2000. Il lui faudra huit ans pour produire son premier appareil. Mauvaise pioche au niveau du calendrier. « Nous avons livré notre premier appareil en 2008, au début de la crise avec la chute de Lehman Brothers, se rappelle l’entrepreneur. Nous étions presque en faillite. Nous sommes arrivés sur le marché au moment même où il n’y avait plus de clients. » Mais le dirigeant tient bon et croit en son appareil, le Cabri G2, un hélicoptère biplace léger destiné à la formation des pilotes. Peu à peu, la confiance des clients s’enracine et les ventes décollent. « Le succès appelle le succès, résume Bruno Guimbal. Les clients n’ont plus peur que nous disparaissions. » Ses 170 appareils en service cumulent 100 000 heures de vol, sans accident.

L’atrophie du secteur a divisé par deux le carnet de commandes. Mais le dirigeant dispose d’une visibilité de près de dix mois et peut compter sur un terrain de jeu international pour se développer : il exporte 95 % de ses appareils. Il mise aussi sur l’accroissement des services, à la faveur du vieillissement de sa flotte. Il vient de lancer une prestation de commande par internet de pièces détachées. Mieux encore, la PME inaugure en cette fin d’année une coopération avec son grand frère, Airbus Helicopters, pour le développement et la production d’un drone basé sur le Cabri G2. « Ce projet avait été défini il y a dix ans, précise Bruno Guimbal. Je ne cours plus après. Maintenant que l’on prend de l’ampleur, je n’ai plus besoin d’aide. Je le vois comme une assurance contre les aléas et une reconnaissance de sérieux de la part du leader mondial. » Entre-temps, le petit est devenu grand. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle