Le duel opérateurs télécoms-éditeurs de contenu perdure

Si le contenu et l'usage sont rois, une autre interrogation demeure. A qui profite le crime ? Comment les revenus de des usages mobiles et connectés seront-ils répartis ? Les opérateurs télécoms souffrent déjà - et le font savoir !- des taxes et réglementations qui les visent... et les briment, à les écouter.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le duel opérateurs télécoms-éditeurs de contenu perdure

De leur côté, les Apple, Google, Amazon et autres Facebook leur mangent de plus en plus de profit sur le dos. En bénéficiant des infrastructures qu'ils déploient mais en ne participant nullement à leur financement.

Cette année, au Digiworld Summit, pas de Stéphane Richard, PDG d'Orange, pour insister sur ce drame. C'est son concurrent, Jean-Bernard Levy, PDG de Vivendi, très en verve, qui a pris le relais. Il "invite les régulateurs à ne pas baisser les bras" face aux éditeurs globaux de services et de contenu." Faisant ainsi référence à une proposition faite à la Commission Européenne par Vivendi, Alcatel-Lucent et Deutsche Telekom pour financer le déploiement du très haut débit.

L'idée : proposer d'un côté un Internet du tout-venant, pour tous, et de l'autre côté, mettre à disposition des entreprises, grosses consommatrice de bande passante, des services premium à des tarifs plus élevés. Mais les acteurs du web auquel il faudrait ajouter des Netflix et bon nombre de start-up qui déploient des services comme les échanges sociaux sur contenu télévisuel ou les jeux multi-écrans n'ont pas l'intention de payer.

Ce dialogue de sourds n'a pas trouvé de médiateur à Montpellier. Et il ne semble pas prêt de se résoudre.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS