Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le drone Watchkeeper de Thales décroche son autorisation de vol au Royaume-Uni

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Le Watchkeeper de Thales a décroché son autorisation de vol au Royaume-Uni. Avec ce sésame, le drone militaire sera le premier du genre à pouvoir naviguer dans l’espace aérien britannique. De nouvelles opportunités commerciales s’ouvrent pour l'industriel français.

Le drone Watchkeeper de Thales décroche son autorisation de vol au Royaume-Uni © Richard Seymour

Le drone militaire Watchkeeper fabriqué par Thales au Royaume-Uni vient de bénéficier de l’autorisation de mise en service par les autorités britanniques. Pour le groupe français, après dix ans de développement avec son partenaire israélien Elbit, c’est une étape majeure qui vient d’être franchie. Les militaires pourront ainsi faire voler l’appareil dans la totalité de l’espace aérien britannique et non plus seulement dans des zones d’essais.

"La certification concerne aussi bien l’appareil que toute la chaine critique de pilotage au sol. Il a fallu démontrer que notre drone avait un niveau de fiabilité comparable aux avions pilotés certifiés. Avec cette certification, le Watchkeeper n’est plus un prototype mais un véritable système opérationnel", se réjouit Pierre Eric Pommellet, directeur général adjoint de Thales, chargé des activités Systèmes de missions de défense. Le Watchkeeper est un drone multi-capteurs capable de voler plus de 16 heures pour accomplir ses missions de surveillance.

Un contrat de 1, 2 milliard d’euros en Grande-Bretagne

L’obtention de l’autorisation de vol pour les drones dans l’espace aérien civil est une étape critique. En Allemagne, Airbus Defense and Space (ex branche défense d’EADS) avait  été contraint en mai 2013 d’abandonner son programme de drone Eurohawk faute de certification. Berlin avait pourtant dépensé plus d’un milliard d’euros pour développer ce programme.

Cette autorisation de mise en service ouvre à Thales de nouvelles opportunités commerciales. Le contrat avec le ministère de la Défense britannique est évalué à un milliard de livres (environ 1,2 milliard d’euros). Par ailleurs, dans le cadre de la coopération franco-britannique, l’armée française teste également le Watchkeeper pour éventuellement acquérir une quinzaine d’appareils d’ici à 2019.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle