PME-ETI

Le Drian prend le parti des PME face à EADS, Thales, Safran...

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, veut que ses grands fournisseurs s'engagent à nouer des relations contractuelles plus équilibrées avec leurs sous-traitants et à favoriser leur croissance.

Le Drian prend le parti des PME face à EADS, Thales, Safran... © Parti socialiste

Jean-Yves le Drian enfonce le clou. Après l'annonce des 40 mesures de son pacte Défense PME destinées à soutenir le tissu des sous-traitants, le ministre de la défense veut maintenant les aider à rééquilibrer leurs relations avec les grands maitres d'œuvres du secteur. Face à des géants comme EADS ou Thales, le rapport de force n'est pas forcément simple pour une PME quand il faut faire valoir ses droits en matière de propriété intellectuelle ou négocier des pénalités de retard par exemple. Pour corriger cela, le ministère a défini une convention bilatérale à destination de ses grands fournisseurs, sorte de charte de bonne conduite vis à vis de leurs sous-traitants. "Les PME ont toute leur place à côté des grands groupes (...). L'objectif c'est de favoriser une bonne pratique contractuelle et financière entre PME et maitre d'œuvre", explique le ministre. Quitte à se montrer menaçant si les nouvelles règles du jeu n'étaient pas respectées. "Nous contrôlerons et nous valoriserons les bonnes pratiques par la notation et le classement des maitres d'œuvres Celui qui n'aura pas la notation, sera identifié. (…) Nous mettrons en place un label fournisseur responsable".

EADS, premier de la classe

Face à leur premier client, Thales, DCNS et Safran ont déjà fait part de leur soutien à cette initiative. Ils sont devancés par EADS, premier fournisseur de solutions et d'équipements de l'État français, et premier signataire de la convention. Le groupe qui dispose de 50 sites industriels en France, estime que 60% de sa valeur ajoutée est faite dans les PME. Il juge nécessaire de respecter certains gestes d'équité. "Quand un développement est totalement financé par le ministère chez nous, il est injuste de demander au sous-traitant d'autofinancer son propre développement Quand nous sommes exonérés de pénalités pour retard, c'est très injuste de ne pas exonérer son sous-traitant", a indiqué Marwan Lahoud, directeur général délégué à la stratégie et au marketing d’EADS. En signant cette convention, EADS s'engage par ailleurs à mieux informer ses PME sur ses orientations et besoins en matière de R&T, et à faire bénéficier ses fournisseurs de sa force commerciale à l'internationale.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte