Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le Drian dénonce les "conséquences industrielles désastreuses" d'un coup de rabot dans le budget de la défense

Elodie Vallerey , ,

Publié le

Dans une lettre envoyée le 9 mai au Premier ministre et au ministre du Budget et révélée par le Figaro, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian s'alarme de nouvelles coupes dans le budget de l'armée. Et souligne "la mise en difficulté de nombre d'entreprises, en particulier les PME" françaises.

Le Drian dénonce les conséquences industrielles désastreuses d'un coup de rabot dans le budget de la défense © Parti socialiste

Economiser au minimum deux milliards d'euros par an sur le budget de la défense française. C'est ce que semble espérer le ministère du Budget, en ne prévoyant d'allouer que 29 milliards d'euros par an à la défense au lieu des 31,6 prévus par la loi de programmation militaire 2014-2019 votée en décembre 2013.

Un chiffre démenti par Matignon, mais qui alarme le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian autant que les 355 millions d’euros d'économies que son ministère aurait à consentir au titre de l'exercice 2014. Dans une lettre envoyée le 9 mai au Premier ministre et au ministre du Budget dont des extraits ont été révélés par Le Figaro, le pensionnaire de l'Hôtel de Brienne exprime ses inquiétudes.

"conséquences industrielles désastreuses et mise en difficulté des PME"

Le Drian y dénonce une "situation financière extrêmement dégradée avec une dette fournisseurs historique, représentant plus du tiers des crédits disponibles". Il brandit la menace d'une "cessation de paiements précoce et la mise en difficulté de nombre d'entreprises, en particulier les PME" hexagonales.

Selon lui, le report de programmes militaires "symboliques", soit "un total d'environ 7 milliards d'euros de commandes non passées", aurait des "conséquences industrielles désastreuses". Dans l'industrie terrestre, aéronautique, les chantiers navals militaires, les drones tactiques, les satellites ou encore les avions de surveillance, prévoyant "des suppressions de milliers d'emplois et des pertes de compétences" désastreuses.

Dans sa lettre, le ministre suggère une solution toute trouvée pour allier économies et poursuite des investissements : une nouvelle tranche de programme d'investissement d'avenir et "des cessions d'actifs de participations publiques" dans les grandes entreprises de la défense.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle