Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le doubiste Saint Honoré Paris signe une montre tour Eiffel

Lucie Thiery ,

Publié le

Made in France

Le doubiste Saint Honoré Paris signe une montre tour Eiffel
Cette montre est fabriquée à partir de poutrelles de la Dame de fer.
© Saint Honoré

La société Frésard, l’une des premières fabriques de montres en France, fut fondée en 1885 par Victorin Frésard à Charquemont (Doubs), près de la frontière suisse. Son créateur se rendait régulièrement à Paris, dans sa boutique, rue Saint-Honoré, temple de la joaillerie et de l’horlogerie. Passionné par les avancées techniques, l’artisan en profitait pour visiter la tour Eiffel et s’était toujours demandé pourquoi un tel monument n’avait pas d’horloge. 130 ans plus tard, son arrière-petit-fils Thierry Frésard, le PDG de la maison Frésard devenu Saint Honoré Paris, lui rend hommage avec la montre tour Eiffel. Authentifiée par la Société d’exploitation de la tour Eiffel, elle est fabriquée à partir de poutrelles métalliques de la Dame de fer. Quelque 200 kg de fer, rendu inoxydable par l’ajout de 15 % de chrome, ont été fondus et composent la lunette de la montre. Décorée de croisillons, cette partie entourant le cadran rappelle l’édifice de Gustave Eiffel.

Conçue à Charquemont après quinze mois d’étude, elle est assemblée à La-Chaux-de-Fonds, en Suisse. Cette montre pour homme, dotée d’un mouvement suisse automatique Sellita, est vendue 2 490 euros. Un modèle femme actuellement à l’étude sortira en septembre. "Elle s’adresse aux collectionneurs passionnés qui rêvent de porter un morceau de patrimoine français au poignet", explique Thierry Frésard. Elle sera éditée à 1885 exemplaires. Saint Honoré Paris (38 salariés, 8 millions d’euros de chiffre d’affaires) réalise 90 % de son activité à l’international. Présent dans 60 pays, on trouve ses boutiques à Dubaï, Doha, Hongkong et Saigon où se situent ses principaux clients. Grâce à cette montre, la société souhaite reconquérir les États-Unis, s’implanter en Chine et se développer en Europe.

Lucie Thiery

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus