Le « Digiworld » victime autant de sa maturité que de la crise

Partager

L'Idate, centre d'études et de conseil sur les secteurs des télécoms, internet et médias, vient de publier son « DigiWorld Yearbook 2009, les enjeux du monde numérique ». Impossible de résumer cet ouvrage dense qui associe chiffres du marché et analyses. On retiendra deux éléments.
D'abord, face au tassement de la croissance (+4,8% de 2008 contre 6,5 % en 2007 et 6,4% en 2006), l'Idate remarque que ce phénomène n'est pas dû uniquement à la crise. La maturité de certains marchés joue également un rôle important, à l'exception de l'informatique, le plus sensible à l'activité économique. On remarque d'ailleurs de fortes disparités selon les continents. En Amérique du Nord, la progression n'est que de 2,9% et en Europe de 3,4%. A comparer aux 6,2% de l'Asie et aux 10% de l'Amérique latine. Plus frappant encore : 85% de la croissance mondiale est venue en 2008 des pays en développement.



Ensuite, pour l'année 2009, l'Idate pose cinq questions principales.

- Les acteurs du Web 2.0, Facebook et Twitter en tête, ne parviennent pas à monétariser leur indéniable succès. L'incertitude plane sur l'économie du Web 2.0 et l'on devrait voir une concentration du secteur, voire des disparitions d'acteurs
- Le LTE s'impose comme le standard de la 4G et l'internet mobile va profiter d'une partie du dividende numérique. Le succès de l'AppStore ne laissera pas les concurrents indifférents qui déclencheront une bataille des plateformes.
- Alors que la télévision classique souffre d'une baisse des recettes publicitaires, la télévision sur le web se développe et va faire de l'ombre à sa grande sœur.
- L'informatique est à un tournant, avec les progressions de l'open source qui s'intègre dans la stratégie des leaders, de la virtualisation et du cloud computing.
- Le marché des télécoms résiste, mais l'arrêt de la croissance aura un impact sur les marges.

Patrice Desmedt

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS