Le DG de Nissan ne voit "aucun intérêt" à une fusion avec Renault

(Reuters) - Le directeur général de Nissan Motor a écarté l'idée d'une fusion du constructeur japonais avec son partenaire français Renault dans un entretien publié mercredi par le quotidien des affaires nippon Nikkei.
Partager
Le DG de Nissan ne voit
Le directeur général de Nissan Motor, Hiroto Saikawa, a écarté l'idée d'une fusion du constructeur japonais avec son partenaire français Renault dans un entretien publié mercredi par le quotidien des affaires nippon Nikkei. /Photo d'archives/REUTERS/Issei Kato

"Je ne vois aucun intérêt" à une fusion a déclaré Hiroto Saikawa qui a ajouté : "je pense que cela aurait des effets collatéraux".

Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan avait dit réfléchir aux alliances capitalistiques entre les deux groupes, dans un entretien au Nikkei publié la semaine dernière.

Carlos Ghosn avait déclaré au quotidien financier qu'il était nécessaire de "prendre en considération les points de vue de toutes les parties intéressées" dans l'examen de la structure des participations croisées des deux entreprises ajoutant qu'il mettrait en place un nouveau cadre d'ici la fin de son mandat prévue en 2022.

En mars, Reuters avait rapporté que les deux groupes avaient engagé des discussions sur un renforcement de leur alliance qui pourrait déboucher sur le rachat par le constructeur japonais de l'essentiel de la part de 15% détenue par l'Etat français dans le capital de Renault, ce qui pourrait constituer le prélude à une fusion

"Trouver un équilibre à travers une relation actionnariale est nécessaire" afin d'éviter de créer des inquiétudes et d'entrer dans jeux de pouvoir, a dit Saikawa.

"Le but de l'alliance est de maintenir l'indépendance de ses membres et de maximiser la croissance de chacun d'eux", a-t-il ajouté.

Depuis la création de l'alliance en 1999, plusieurs projets de fusion entre les deux groupes ont échoué, l'Etat français, premier actionnaire de Renault s'y étant toujours opposé.

Renault, qui détient 43,4% de Nissan, a passé en 2015 un accord avec son associé nippon qui a permis de désamorcer un conflit avec le gouvernement français. Nissan détient pour sa part une participation majoritaire de 34% dans Mitsubishi et de 15% dans Renault, mais sans droit de vote.

(Bureau de Bangalore, Marc Joanny pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS