Le déficit public continue de se creuser. Les contestataires voient le bout du tunnel. Nokia fortement pénalisé sur les marchés. Rhodia finalise son refinancement...

Partager

Le déficit public continue de se creuser. Les dépenses se sont accélérées entraînant un déficit de l'Etat de près de 21 milliards d'euros à fin février, relève La Tribune. Selon les autorités européennes, l'ensemble des déficits français seraient encore de 3,6 % du PIB en 2005, contrairement aux affirmations du gouvernement. Nicolas Sarkozy, nouveau ministre de l'Economie et des Finances réaffirme pourtant que les engagements seront tenus, mais il souhaite assouplir les contraintes et plaide pour une lecture pragmatique du pacte de stabilité, observe Les Echos.

Les contestataires voient le bout du tunnel. L'actuelle direction d'Eurotunnel va sans doute être débarquée aujourd'hui, notent vos quotidiens. Selon La Tribune, qui revient dans une enquête sur dix années mouvementées, les contestataires emmenés par Jacques Maillot, le fondateur de Nouvelles Frontières, et Nicolas Miguet seraient majoritaires et devraient prendre le pouvoir. L'affrontement avec Philippe Bourguignon, le candidat à la présidence, proposé par l'actuel direction risque de tourner court. Les actionnaires contestataires veulent renégocier la structure de la dette, abaisser les coûts d'exploitation, et demander à l'Etat de stopper les aides indirectes perçues par les concurrents.

Nokia fortement pénalisé sur les marchés. Le numéro un mondial des terminaux mobiles a annoncé hier qu'il ne tiendrait pas sa progression de chiffre d'affaires sur le premier trimestre 2004. Il tablait sur un hausse de 3 à 7 %, alors que ses ventes ont subi une érosion de 2 %, dans un marché du mobile plutôt à la hausse, indiquent Les Echos et La Tribune. Le finlandais serait à la peine, notamment dans les appareils de milieu de gamme qui ne rencontrent pas le succès escompté. Cette contre-performance, non prévue par la direction, qui s'affichait encore optimiste en janvier, remarque le Financial Times, a immédiatement été sanctionnée en bourse, où le titre a plongé de près de 17 %.

Rhodia finalise son refinancement. Le chimiste de spécialités a annoncé hier une augmentation de capital de 471 millions d'euros, un peu plus élevée que prévue et dont l'essentiel est garanti par un pool bancaire, rapporte Les Echos. Le nombre d'actions sera multiplié par 3,5 celles-ci sont proposées avec une décote de plus de 50 %. L'opération sera fortement dilutive et pèsera sur les dividendes. Rhodia va par ailleurs lancer un emprunt obligataire de plus de 600 millions d'euros, qui devrait être placé auprès d'investisseurs institutionnels. Le redressement du groupe français passera également par des cessions d'actifs qui devraient rapporter 750 millions cette année.

Les SSII françaises plus optimistes. Après des ventes en recul depuis deux ans, les sociétés de service informatique entrevoient de nouveau la croissance, souligne Les Echos. Selon le Syntec informatique, l'activité devrait progresser de 2 à 4 % cette année. Le syndicat enregistre les signaux d'un retour des capacités d'investissements des entreprises. Les projets des directions informatiques sont en hausse, la tendance est soutenue par l'externalisation et les recrutements recommencent à progresser.

Le Medef attend les réformes. "Pas de social sans croissance". Ernest-Antoine Seillière, patron du Medef, s'exprime dans les colonnes du Figaro et réagit au discours de politique générale du premier ministre. Il défend les positions de l'organisation patronale dans les réformes, mais récuse toute accusation de faire de la politique. Il agite l'urgence d'une réforme de l'assurance maladie et d'une réduction drastique des dépenses de l'Etat. Il conditionne son retour dans la gestion paritaire, à une rénovation de la gouvernance et du paritarisme, alliés à l'autorité de l'Etat.


La Chine manque d'acier. Dans un contexte de forte hausse de l'acier et des importations chinoises, Baosteel, le sidérurgiste numéro un chinois, annonce qu'il compte augmenter ses capacités de 50 % dans les cinq prochaines années. Selon le Financial Times qui cite Xie Qihua, la présidente du producteur basé à Shanghai, le groupe prévoit d'investir entre 5et 6 milliards d'euros d'ici à 2010, pour augmenter ses capacités de production, afin de les faire passer de 20 à 30 millions de tonnes annuelles. Ces dépenses pourront être financées à l'aide du fort cash-flow de la compagnie. Baosteel envisage des collaborations, notamment au Brésil, avec CVRD, le producteur national, mais également avec l'européen Arcelor.

Didier RAGU

A demain !

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS